Cépages Oubliés, Vincent Pugibet s'exprime Vitisphère

grd-1475162287-83630
01 octobre 2016
Retour
Vincent Pugibet  

« Assumez vos responsabilités, inscrivez les 25 cépages »  


Jeudi 29 septembre 2016 par Marion Sepeau Ivaldi Article mis à jour le 30/09/2016 19:39:05 alt Lire plus tard alt Commenter alt Imprimer alt Envoyer alt alt alt   Vincent Pugibet résume en trois pages sa vision du débat sur les résistants en France et il n'est pas tendre.                                                             Vincent Pugibet résume en trois pages sa vision du débat sur les résistants en France et il n'est pas tendre. - crédit photo : DR   Vincent Pugibet, président de Piwi France et vigneron du biterrois, a adressé une lettre aux soixante membres du CTPS le 29 septembre, jour de la réunion où la Commission devait rendre son avis sur les 25 cépages résistants présentés à l’inscription.

 

Ceux sont trois pages au vitriol que Vincent Pugibet, ardent défenseur des cépages en France a envoyé  aux membres du CTPS ce 29 septembre. Dans cette lettre, le vigneron du domaine de La Colombette invite chacun « à assumer [ses] responsabilités » et à inscrire les 25 cépages résistants. La missive résume tous les aspects du débat autour des résistants qu’il s’agisse de l’aspect de perte de concurrence française face aux vignobles allemands et italien, mais aussi génétique avec la question de la durabilité de la mono résistance. Sur le sujet, il écrit : « Après la guerre, avec la démocratisation des tests Elisa, a été mise en place une sélection clonale sur cette seule technique. Cela a abouti, 50 ans après, à un appauvrissement génétique évident et à la mise en place d’un plan  de plusieurs millions d’euros contre le dépérissement du vignoble car nombres de viroses mineures et inconnues ont été négligées. La sélection sur moins d’une dizaine de marqueurs moléculaires que l’on nous propose aujourd’hui aboutira à n’en pas douter au même résultat dans quelques dizaines d’années. Les maladies secondaires sont négligées, pour preuve on a pu constater cette année une explosion du Black rot sur les lignées dites Bouquet ».

 

"L’Onivins, puis FAM, nous ont toujours empêché de planter ce que le marché nous demandait. "

 

Vincent Pugibet aborde également la question de la dénomination des cépages. Sur cet aspect du débat, il fait là encore appel à l’histoire. « La dénomination des cépages, je vais reprendre ma casquette de vigneron languedocien. L’Onivins, puis FAM, nous ont toujours empêché de planter ce que le marché nous demandait. Dans les années 80, ils se sont opposés entre autre au chardonnay ! Aujourd’hui premier cépage blanc Languedocien. J’ai un courrier m’interdisant de planter du Pinot noir datant de 2001 alors que son cours a atteint des sommets à la fin des années 2000 ! Evidement ces organismes ont une vision stratégique totalement nulle. Leur incompétence est en grande partie responsable du développement commercial des vignobles du nouveau monde voire aujourd’hui espagnols. Doit-on aujourd’hui les écouter pour reproduire les mêmes erreurs ! L’INAO nous a aussi longtemps expliqué que les vins de cépages n’étaient pas des vins. Aujourd’hui nombres de Chablis mentionnent en gros le nom Chardonnay. Qui à volé le nom à qui ? Est-ce la Bourgogne qui a fait la notoriété du mot chardonnay ou les Vins de pays d’Oc et le nouveau monde ? Est-ce que les bordelais qui critiquent le Cabernet Jura peuvent jurer que dans 10 ans, ils ne demanderont pas l’inscription d’un Cabernet Bordeaux ? ».

La question des royalties

La lettre aborde enfin un aspect sur lequel peu se sont pour l’instant exprimé : celui des royalties liés à la commercialisation des cépages résistants. Selon lui, l’IFV compte « sur les royalties des futures créations INRA pour se financer. Leur marque ENTAV INRA jouit d’un quasi-monopole et ils ne veulent pas que celui-ci soit remis en cause par l’arrivée de variétés étrangères. (…)  On critique souvent la politique des grandes firmes de l’agrochimie, mais rendez vous compte que ces gens font pires. Enfin, comment ne pas douter de l’impartialité de votre commission quand on voit la composition de votre commission où prêt de la moitié des gens sont impliqués dans la recherche publique ! Evidement tout refus sera associé a un choix partisan ».

Contacté, l’IFV devrait apporter son commentaire à Vitisphere très prochainement. Pour lire, sa réaction, c'est par ici.

Source(s) :

Diaporama

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter