DES NOUVELLES DU MONDE DU VIN

grd-1472127250-83389
26 août 2016
Retour

Du brigandage au nirvana - La plus petite vigne du monde 


http://www.bonnenouvelle.ch/bn2/index.php/k2/categories/item/1522-les-vignerons-sur-le-devant-de-la-scene

L'un des vignobles les plus insolites appartient au dalaï-lama et se trouve en Valais
A sa visite en Suisse en octobre, le dalaï-lama aura-t-il le temps de se rendre sur sa vigne? Située à Saillon, elle est indiquée comme étant la «plus petite vigne de la Terre», trois ceps sur 1 m² 618. Elle fut léguée au Dalaï-Lama en 1999 par l'abbé Pierre, qui lui-même en avait hérité de Jean-Louis Barrault. C'est en hommage à Farinet, notre «Robin des Bois» suisse qu'il a incarné au cinéma, que l'acteur français a acquis cette vigne. Lorsqu'il arrive en 1939 à Saillon pour le tournage, Barrault demande à voir la tombe de Farinet, qui, lui répond-on, n'a pas de croix, les mécréants n'ayant alors pas droit à une sépulture chrétienne. «Et bien j'en mettrai une», s'exclame-t-il, selon le site de tourisme de Saillon. Baptisée donc «la vigne à Farinet», ces trois ceps donnent du moût. Assemblés à la cuvée d'un encaveur, il en résulte une édition limitée de 1000 bouteilles dont les ventes vont à l'enfance défavorisée. Plus de 300 célébrités ont prêté leur visage et leurs mains au travail de la vigne, de Hugues Aufray à Zinédine Zidane.

_______________________________

Plantations nouvelles sur Vitisphère

3540 ha d’autorisations délivrées cette année

Jeudi 25 août 2016 par Bertrand Collard

Jérôme Despey tenait sa conférence de presse annuelle, ce 25 août.

Jérôme Despey tenait sa conférence de presse annuelle, ce 25 août. - crédit photo : Bertrand Collard

 FranceAgriMer vient de dévoiler le montant des autorisations de plantations nouvelles délivrées cette année : 3 540 ha

Au 31 juillet cette année, FranceAgriMer a délivré 3 540 ha d’autorisations de plantations nouvelles à 7506 demandeurs à travers la France dont 1885 ha en AOC, 1242 en IGP et 413 en vin sans IG. Dans 40 zones, les demandeurs ont subi une réfaction car la somme des demandes était supérieure au contingent fixé. De plus, dans 18 d’entre elles, cette réfaction a atteint plus de 50 %. Les viticulteurs concernés peuvent refuser les maigres autorisations qu’ils ont obtenues, sans sanction puisque c’est la règle européenne.

"Le système actuel est plus fluide et plus rapide "

FranceAgriMer a dévoilé ces chiffres le 25 août, lors de la conférence de presse de rentrée de Jérôme Despey, président du conseil des vins. « La nouvelle règle d’attribution des autorisations de plantation a fonctionné dans 98 % des cas, a-t-il indiqué en réponse à une question sur les difficultés qui sont apparues à Cognac et à Sancerre. Le système actuel est plus fluide et plus rapide que l’ancien. Des discussions sont en cours pour régler les problèmes locaux. »

D’autres points sont en débat au sein de la filière, outre la fixation des contingents régionaux pour l’année prochaine : faut-il imposer un contingent au niveau national ? Faut-il continuer à considérer les nouveaux entrants comme prioritaires dans l’attribution des droits ? La filière doit répondre à ces questions avant une rencontre prévue avec Stéphane Le Foll le 20 septembre.

FranceAgriMer fera connaître ultérieurement la répartition géographique de ces autorisations.

______________________________________

  . Cahier des charges du 02-08-2016  
     Rectificatif du 25-08-2016

Cahier des charges modifié de l’appellation d’origine contrôlée «La Clape»

Texte de référence : Arrêté modificatif du 2 août 2016

Rectification du Cahier des charges du 24-12-2015 relatif à l'indication géographique protégée "Coteaux du Pont du Gard".

_________________________________________

Produits phytosanitaires

Vers un durcissement de la législation ?

Jeudi 25 août 2016 par Marion Sepeau Ivaldi   Sur Vitisphère

L’annulation par le conseil d’Etat du décret fixant les conditions d’emploi des produits phytosanitaires a lancé une vaste opération de réécriture des textes. Ces derniers doivent être prêts fin septembre pour une publication en janvier 2017.

C’est un des grands sujets de la rentrée : quelle sera l’issue du travail interministériel entrepris dans le cadre de la réécriture de l’arrêté de 2006 fixant les conditions d’emploi des produits phytosanitaires ? A quelques mois des élections présidentielles, toutes les hypothèses sont sur la table. Et le sujet est vaste car le décret traitait des ZNT, des vitesses maximales du vent, des délais avant récolte, des délais de réentrée, du nettoyage des pulvérisateurs, du devenir des emballages phytosanitaires… Les conditions fixées par le décret de 2006 pourraient être reprises telles quelles car le Conseil d’Etat a abrogé le décret sur la forme et non sur le fond. Mais ce n’est pas l’option la plus redoutée. Une autre serait au durcissement de la législation.

A LIRE AUSSI

Phytosanitaires

 Cognac propose un plan de restructuration des vignes en zones sensibles

Protection du vignoble

 Le Conseil d’Etat demande l’abrogation des règles d’application des produits phytosanitaires

Vers des ZNT biodiversité ?

Il y a dix ans, lors de l’écriture du décret, le législateur avait poursuivi un objectif principal : celui de la protection de l’eau (zones de captage, rivière…). Mais en 2016 peut-il tenir compte uniquement de l’eau ? Pas si sûr, au vu des éclats médiatiques qu’ont provoqués les produits phytosanitaires ces derniers temps. D’ailleurs, le travail est interministériel et les ministères de la Santé et de l’environnement sont associés à la réflexion. De nouveaux objectifs pourraient être visés. Ce que confirment des observateurs qui ressentent une montée en puissance du « thème de la biodiversité » et une « intention d’élargir les dispositions de protection des points d’eau prévues par le décret de 2006 à la protection de la biodiversité ou à la santé humaine ». Des ZNT biodiversité et ZNT santé humaine vont-elles être instituées ?

L’objectif de la protection des populations est un sujet qui intéresse particulièrement la filière viticole. Elle vit déjà avec des limitations définies dans le cadre d’arrêtés préfectoraux visant à protéger les zones sensibles (écoles, hôpitaux, maisons de retraite…) depuis l’incident de l’école de Villeneuve de Blaye. Ces décrets favorisent notamment le développement de la pulvérisation confinée… Or si cette disposition était étendue à l’ensemble de la France, cela poserait sans nul doute quelques problèmes au vignoble français…

Pour connaître plus précisément ce que le législateur prépare, il faudra attendre la présentation du premier arbitrage interministériel dans les jours prochains. Les viticulteurs et les agriculteurs seront alors fixés pourront rendre leurs avis sur la proposition. 

_________________________________

 

Publié le 24/08/2016 à 18:27

http://www.ladepeche.fr/article/2016/08/24/2405948-plus-cidre-moins-vin-consomme-travers-monde-2015-2015.html

Plus de cidre et moins de vin consommé à travers le monde en 2015

Le cidre, la tequila haut de gamme et le whiskey américain ont gagné en popularité en 2015 à travers le monde.

Dans leur rapport concernant les tendances mondiales 2016, les analystes de l'IWSR 2016 tirent le portrait de ce que les consommateurs de la planète ont bu en 2015, sans oublier les boissons alcoolisées qu'ils ont plutôt délaissées.

Ce rapport montre tout d'abord que même si les ventes de whisky écossais ont stagné l'année dernière, celles de whiskey produit aux États-Unis ont gagné 5%, soit 2 millions de caisses de neuf litres de plus par rapport à 2015.

On doit cette progression à l'augmentation de la demande concernant les whiskeys haut de gamme et très haut de gamme aux USA, qui représentent 70% du marché. On notera que 39,5 millions de caisses se sont écoulées l'année dernière. En revanche, les ventes de whisky écossais ont très peu évolué, à 86,9 millions de caisses.

Les consommateurs ont par ailleurs raffolé de cidre l'année dernière, c'est l'une des catégories les plus performantes de 2015. Sa consommation mondiale a augmenté de 3%, surtout grâce aux amateurs africains et nord-américains.

Au cours des cinq dernières années, la popularité des bières artisanales a donné des idées aux producteurs de cidre qui ont multiplié les productions ultra locales.

Des Européens moins tournés vers le vin

En 2015, la tequila a continué à séduire les buveurs. Sa consommation a même gagné 4%, soit 1,2 million de caisses de neuf litres de plus par rapport à 2014. La tequila très haut de gamme a dopé les ventes, surtout en Amérique (du Nord et Latine), le continent représentant 90% de la consommation mondiale de tequila.

En revanche, la consommation de vins non pétillants a marqué le pas l'année dernière, en enregistrant une baisse des ventes équivalant à 7,5 millions de caisses.

Cette baisse serait en partie due à certains marchés clés d'Europe qui ont bu moins de vin qu'en 2014, alors que leur consommation progresse surtout en Amérique du Nord et plus modestement en Asie et en Afrique.

Pour finir, le rapport souligne que l'année 2015 aura été en demi-teinte pour la vodka, le rhum, le cognac, l'eau de vie, les spiritueux aromatisés et la bière. Toutes ces boissons ont vu leur consommation reculer à travers le monde.

RelaxNews

Source(s) :

Diaporama

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter