INFOS DIVERSES D'ETE

06 juillet 2016
Retour

Spiritueux : Campari valorise son origine milanaise sur son étiquette [J.L.L.]

5 Juillet 2016  http://www.rayon-boissons.com/Actu-Flash/Spiritueux-Campari-valorise-son-origine-milanaise-sur-son-etiquette-44645

Changement de packaging pour Campari. La marque du groupe éponyme abandonne son étiquette beige au profit d'une teinte bleutée.

Mais surtout, l'amer italien valorise mieux son origine malanaise en inscrivant « Milano » au centre de son habillage. Le nom de cette ville figurait auparavant très discrètement dans un petit cartouche rouge. Lequel indique désormais la mention « bitter ».

________________________________________

Pierre-Emmanuel Taittinger veut faire de la Champagne l'emblème mondial de la réconciliation

Catherine Frey   http://www.lunion.fr/760950/article/2016-07-05/pierre-emmanuel-taittinger-veut-faire-de-la-champagne-l-embleme-mondial-de-la-re

Dimanche aura lieu dans le vignoble la première édition de la marche des réconciliations. Pierre-Emmanuel Taittinger, patron de la maison de champagne du même nom, a l’ambition d’en faire un événement de dimension internationale.

Il fallait une personnalité à la hauteur pour succéder à Pierre Cheval à la tête de la mission Coteaux, Maisons et Caves de champagne. L’Unesco a trouvé Pierre-Emmanuel Taittinger qui se démène pour faire vivre l’inscription au patrimoine mondial décrochée il y a un an. Le patron de maison de champagne est notamment à l’initiative de la marche des réconciliations. Première édition dimanche au départ d’Hautvillers.

 

En quoi consiste cette histoire de réconciliation ?

J’avais 9 ans quand j’ai vu mon père accueillir le général de Gaulle et le chancelier Adenauer à Reims pour la réconciliation franco-allemande. Aujourd’hui, je voudrais que la Champagne devienne mondialement la terre des réconciliations. Pas seulement pour les chefs d’État mais aussi pour tout un chacun qui décide de se réconcilier avec ses voisins, avec sa belle-mère etc. Ils viendront faire la marche et recevront les bulles de la réconciliation en trophée souvenir.

Comment une simple marche dans le vignoble peut-elle devenir un événement connu internationalement ?

Elle le deviendra car à partir de l’année prochaine, il y aura beaucoup de choses autour de cette marche dont des conférences inédites, des invités exceptionnels, des concerts et d’autres animations. Ce ne sera plus seulement une marche mais un séjour des réconciliations. J’ai l’ambition que les gens viennent du monde entier. Ce sera le grand événement de la Champagne.

À part cet événement, que va-t-on faire de notre classement Unesco ?

On va s’en servir pour embellir notre territoire. On va notamment mener une opération « nez en l’air » qui consiste à photographier tout ce qui n’est pas beau dans le paysage. 80 % de ces verrues peuvent être retirées sans que cela coûte un centime. Pendant les 10 prochaines années, on devrait voir une évolution dans le paysage. Je voudrais qu’il y ait 100 Hautvillers en Champagne.

Pensez-vous vraiment réussir à faire démonter tous les hangars disgracieux du vignoble ?

Oui, on y arrivera. Si on veut parvenir au niveau de la Bourgogne ou de l’Alsace, on a du travail. On incitera les maires qui sensibiliseront leurs habitants. C’est en éveillant les consciences qu’on agira.

Le vignoble champenois a-t-il besoin de se démener autant puisque le champagne se vend très bien, notamment à l’exportation. Et ce, sans gros effort pour accueillir les touristes ?

Le champagne des grandes maisons se vend facilement, ce n’est pas pareil pour celui des petits producteurs. La concurrence des effervescents est de plus en plus virulente. Nous représentons 300 millions de bouteilles par an, le mousseux, c’est 4 milliards. Nous devons être vigilants. En Alsace, 25 % de la production est écoulée en vente directe. Ils ont 6 millions de visiteurs par an pendant qu’on en reçoit 1 million. On peut faire beaucoup mieux.

Il se murmure que vous avez repris cette mission Unesco car vous avez l’intention de vous lancer en politique, est-ce vrai ?

Non, je n’ai aucune arrière-pensée politique. Cette mission n’est pas un tremplin. Je me suis lancé parce qu’il fallait un successeur à Pierre Cheval, parce que j’aime les valeurs de l’Unesco et aussi parce que j’ai envie de faire bouger la Champagne.

_______________________________________

 Le goût nouveau du Chauché

Publié le 05/07/2016 . Mis à jour le par Sudouest.fr     http://www.sudouest.fr/2016/07/05/le-gout-nouveau-du-chauche-2423697-1057.php

Trois générations mobilisées pour le Chauché.Trois générations mobilisées pour le Chauché. ©

photo g. g.

Le vignoble Dhiersat, connu dans le département et au-delà pour la qualité de ses produits, sort également du rang pour le goût de l'innovation qu'on y...

Le vignoble Dhiersat, connu dans le département et au-delà pour la qualité de ses produits, sort également du rang pour le goût de l'innovation qu'on y cultive depuis plusieurs générations. Nadine Dhiersat, qui dirige aujourd'hui ce vignoble où l'on propose une gamme complète déclinée autour de la trilogie charentaise cognac, pineau, vin de pays a été la première dans la région à vinifier un pineau exclusivement avec un cépage colombard.

Cette viticultrice titulaire d'un diplôme national d'œnologie obtenu à l'Institut universitaire de la vigne et du vin de Dijon s'affirme de nouveau comme une pionnière en matière de vinification, avec un vin de pays élaboré uniquement avec un cépage du passé, le Chauché gris.

La gelée meurtrière de 1709

Longtemps fleuron du vignoble d'Aunis, ce cépage a été rayé du paysage par une gelée meurtrière, en 1709. Le Chauché gris, dont on a retrouvé quelques souches dans l'île de Ré il y a une dizaine d'années, est aujourd'hui définitivement sorti de l'oubli, grâce aux travaux effectués au Conservatoire du vignoble, à Cherves-Richemont, mais aussi à la passion pour la vinification de quelques viticulteurs. Au point qu'ils n'ont pas hésité à réintroduire dans leur vignoble ce cépage doté d'une rare richesse aromatique. Nadine Dhiersat est du nombre, elle en a planté près d'un hectare en 2012. Les vendanges 2015 lui ont donné sa première récolte, et de fait, elle sera la première de la région à commercialiser ce cépage dont les vinifications expérimentales se sont avérées prometteuses.

Arômes fruités et floraux

À la dégustation, le Chauché gris issu du vignoble Dhiersat confirme ces promesses. Des arômes complexes à la fois fruités (fruits blancs) et floraux se révèlent dès l'entrée en bouche, et à suivre beaucoup de finesse et d'élègance déterminent une longueur assez surprenante. Le Chauché 2015 vendangé à maturité, titre 13,5° et présente un bel équilibre. « C'était un peu l'aventure, nous n'avions pas de repères. Nous avons surtout cherché dans la vinification à mettre en valeur la finesse du cépage », explique Nadine Dhiersat qui, avec sa fille Marie, a maîtrisé parfaitement l'évolution de son vin au cours de l'hiver. Elles se disent plutôt satisfaites du résultat.

Au final, toute la famille s'est mobilisée pour concevoir un packaging à la hauteur du contenu caractérisé par une jolie robe de couleur or pale. Le Chauché gris Dhiersat est en vente au domaine depuis lundi.

Gérard Guidier

_________________________________________

UPS lance une offre packagée pour les professionnels du vin


Après l’Italie, la France sera le deuxième pays à bénéficier du programme "UPS Customized Declared Value for Wine" développée à destination des producteurs et expéditeurs de vin.

http://www.wk-transport-logistique.fr/actualites/detail/94838/ups-lance-une-offre-packagee-pour-les-professionnels-du-vin.html

Avec 138 millions de caisses expédiées hors des frontières hexagonales en 2015, le vin fait partie des marchés à fort potentiel à l’export. C’est pourquoi UPS lance une offre dédiée aux professionnels français du secteur pour leurs expéditions internationales en B2C.

Sécurisation des envois

Ce service, baptisé "UPS customized declared value for wine", se déploie en commençant par l’Italie, la France, l’Espagne, puis gagnera "très rapidement" les États-Unis, indique Gilles Depoutot, responsable communication France et Benelux d’UPS.

La valeur "tant affective que marchande" du vin a conduit l’expressiste à travailler sur la sécurisation des envois. La qualité de l’emballage est assurée par l’usage de cartons "extra robustes" que la société de transport a elle-même conçus en partenariat avec une société allemande et agréés. Le client peut néanmoins recourir à ses propres cartons si UPS les certifie.

Des solutions d'assurance spécifiques

Côté assurances, la filiale UPS Capital a bâti un contrat qui prévoit un remboursement de 500 € par colis en cas de casse. Pour les colis d’une valeur supérieure, une couverture ad valorem est proposée au taux de 0,75 %.

En cas de variation de température affectant la qualité du vin, le colis est remboursé à hauteur de la valeur de vente (la moitié de sa valeur pour une bouteille abîmée par un écoulement). En Belgique, une équipe de 4 personnes traite les litiges tandis qu’une formation spécifique est dispensée aux commerciaux présents dans les régions vinicoles. Objectif : les armer dans leur rôle de conseil en matière d’emballage ou de problématiques douanières "qui changent très fréquemment".

Les envois bénéficient bien sûr des solutions "classiques" de l’expressiste en termes de délais de livraison, suivi automatisé… Pour le e-commerce (350 sites de ventes sont référencés dans l’Hexagone), le transporteur met en avant son offre "UPS my choice" qui permet de modifier les dates et horaires de livraison.

_______________________________________________

Avis d’expert : "Le SO2 ne protège pas toujours d’une oxydation précoce"

Communication rédigée par Stéphane Vidal, Vice–président Wine Quality Solutions chez Vinventions

http://www.vitisphere.com/communique-996-Avis-dexpert-Le-SO2-ne-protege-pas-toujours-dune-oxydation-precoce.html

De récentes recherches de la Fondation Edmund Mach (Italie) en collaboration avec la cave Mezzacorona et Nomacorc, ont conduit à d’étonnantes découvertes sur la façon dont les antioxydants réagissent lorsque le vin reçoit de l’oxygène. Les chercheurs ont par exemple découvert qu’ils ne jouent pas toujours le rôle protecteur escompté car, en présence d’oxygène, ils réagissent entre eux. Pire, selon la composition chimique du vin, oxygène et SO2 peuvent induire la formation de molécules responsables d’odeurs atypiques d’évolution. Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives sur la gestion des antioxydants au moment de la mise en bouteille. Mais aussi et surtout, ils réaffirment l’importance de parfaitement gérer l’oxygène lors des phases finales de l’élaboration du vin (mise en bouteille) et durant sa conservation (apports d’oxygène par les bouchons), même pour des vins bien sulfités.

>>Que se passe-t-il dans le vin en présence d’oxygène ?

>>De nouvelles réactions chimiques découvertes

>>Gérer l’oxygène à la mise et durant la conservation

//Que se passe-t-il dans le vin en présence d’oxygène ?

L’objectif des recherches, réalisées au sein du laboratoire de métabolomique de la fondation Edmund Mach en Italie, était de mieux comprendre les réactions chimiques induites par l’oxygène introduit en bouteille (au moment de la mise et durant la conservation), et plus particulièrement de mettre en évidence les composés les plus impactés par cet apport. Douze vins blancs italiens, produits à partir de 6 cépages différents, ont été mis en bouteille avec 2 niveaux d’oxygène. L’apport d’oxygène total à la mise (Total Package Oxygen ou TPO) de chaque bouteille a été contrôlé grâce à l’analyseur d’oxygène NomaSense O2 P300. Les modalités ayant un faible niveau en oxygène combinent TPO faible et bouchon à très faible apport en oxygène. Les modalités élevées combinent TPO élevé et bouchon avec apport d’oxygène plus élevé. Pour étudier les réactions chimiques du vin, les chercheurs ont choisi d’utiliser une approche métabolomique, c’est-à-dire de réaliser des analyses globales non ciblées de l’ensemble des composés présents dans le vin (méthode de chromatographie liquide couplée à de la spectrométrie de masse suivie d’analyse statistique). Au total, 216 bouteilles ont été analysées, générant plus d’1,7 million de données ! Le traitement de ces données et la comparaison de toutes les analyses a permis d’identifier les composés les plus impactés par le niveau d’oxygène et de découvrir également de nouvelles réactions chimiques. C’est ainsi que des réactions jusqu’à ce jour inconnues, impliquant le SO2 et le glutathion, ont été mises en évidence.

// De nouvelles réactions chimiques découvertes

Les chercheurs ont en effet constaté qu’en présence d’oxygène, le SO2 peut réagir avec la forme oxydée du glutathion. Résultat : l’oxydation entraîne une diminution des concentrations des deux antioxydants présents. Au lieu de bénéficier du pouvoir antioxydant cumulé du SO2 et du glutathion, ils réagissent entre eux, laissant le vin moins protégé contre l’oxygène. Cette réaction étant dépendante de la présence d’oxygène, plus il y a d’oxygène apporté dans le vin, plus cette réaction est susceptible de se produire. D’autres réactions « consommatrices » de SO2 ont également été découvertes, notamment la réaction des sulfites avec certains dérivés d’acides aminés et de vitamines. Hormis la baisse des concentrations en SO2 induites par la présence d’oxygène, les chercheurs ont également mis à jour un autre aspect indésirable. Selon la composition chimique du vin, notamment la présence de molécules de la famille des indoles (issue du tryptophane), la présence d’oxygène associée au SO2 peut entraîner la formation d’une molécule connue pour être le précurseur de la 2 amino-acétophénone, responsable des arômes de vieillissement atypique des vins blancs. Comme pour les réactions précédentes, plus la concentration en oxygène dans le vin est élevée, plus la formation de ce précurseur peut l’être également. L’adaptation des doses de SO2 en fonction de la composition chimique des vins est une piste envisagée par les chercheurs afin d’optimiser son emploi.

// Gérer l’oxygène à la mise et durant la conservation

Ces résultats réaffirment par ailleurs l’importance de gérer parfaitement les apports d’oxygène au moment de la mise en bouteille et durant la conservation du vin, des réactions chimiques « indésirables » étant induites par la présence d’oxygène dans le vin, même avec un niveau élevé de sulfites. Il est donc crucial dans un premier temps de limiter autant que possible les apports d’oxygène au moment de la mise en bouteille, autrement dit d’obtenir un TPO le plus faible possible. Pour y parvenir, il est indispensable de pouvoir mesurer le TPO tout au long de la mise en bouteille, la mesure étant le moyen le plus efficace d’identifier les étapes critiques en apport d’oxygène ainsi que les variations de cet apport. Au moment de la conservation du vin, les apports d’oxygène en bouteille peuvent être régulés grâce au niveau de perméabilité des obturateurs. Le choix d’un obturateur très fermé, voire hermétique, ne doit pas être pour autant systématique. En effet, des apports trop faibles en oxygène durant la conservation peuvent, dans certains vins, conduire au développement d’arômes de réduction. C’est pourquoi, l’apport d’oxygène du bouchon doit être choisi en fonction du profil initial du vin et de façon à ce que l’évolution de ce profil corresponde aux attentes du producteur et de ses clients à l’ouverture de la bouteille.

_____________________________________________________

Le champion de tennis serbe Novak Djokovic se lance dans le vin

Ecrit par Feuillerat Jérémy le 05.07.2016

https://www.7detable.com/article/ailleurs/le-champion-de-tennis-serbe-novak-djokovic-se-lance-dans-le-vin/712

Le joueur de tennis Novak Djokovic, n° 1 mondial au classement ATP se lance dans la vigne en marge de son activité de joueur professionnel. Citoyen serbe, c’est sur les terres qui l’ont vu naître qu’il a décidé d’acheter 5 hectares de terrain par l’intermédiaire de son oncle. Le lieu se situe proche de la ville de Lipovac dans la région de Šumadija connu pour ses vignobles. L’acquisition du terrain n’est pas anodine, il y a 50 ans, le terrain aurait déjà abrité de la vigne.

Le numéro 1 mondial sur le circuit tennistique Novak Djokovic a acheté 5 hectares de terrain agricole dans le but de planter de la vigne et faire du vin. Il souhaite aussi faire une cave à vin. L’exploitation du serbe se situera proche du village de Lipovac dans la région viticole de Šumadija en plein centre de la Serbie. L’exploitation aurait été achetée par la famille Djokovic, il y a de cela quelques mois, l’affaire étant gérée par l’oncle du tennisman, Goran Djokovic.

Les 5 hectares seraient en cours de préparation avec une plantation prévue au printemps 2017, pour ce qui concerne la cave elle devrait être construite en 2017 ou 2018. Selon Vladimir Stojić, le directeur média de l’association des Vignerons de Šumadija, le terrain acquis par Djokovic aurait été un ancien champ de vigne sous l’ère Yougoslave, il y a 50 ans. Mais durant ce laps de temps, la nature a repris ses droits et toute la parcelle est boisée.

Le prix auquel l’achat a été réalisé n’a pas été donné, mais les prix du marché dans cette région oscillent entre 4 500 € et 8 000 €. À titre de comparaison, un hectare de vigne dans le vignoble bordelais du Médoc oscille entre 40 000 € et 80 000 €.

 Le choix de cette partie de la Serbie pour planter un vignoble n’est sans doute pas du hasard. La région de Šumadija possède 1 200 hectares de vignobles et elle est considérée comme la première région viticole de Serbie. Elle recense les 2 plus grands producteurs de vin du pays avec Boža Aleksandrović et Mija Radovanović. De plus, de nombreux cépages internationaux sont plantés dans la région, comprenant le Chardonnay, le Sauvignon blanc et le Cabernet Sauvignon.

Pour le moment, le joueur n’a pas eu le temps de commenter son choix d’acheter un vignoble en Serbie, car il était en préparation pour le tournoi de Wimbledon. Mais avec la récente défaite du serbe au 3e tour du tournoi anglais, on risque dans apprendre davantage dans les jours qui viennent.

Diaporama

Offres d'emploi

La Madelaine-sous-Montreuill
Publié le 11 avril 2019
PARIS
Publié le 11 avril 2019

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter