...EXCEPTIONNEL, c'est étrange !

grd-1466676847-83019
26 juin 2016
Retour

Un cru 2015 "exceptionnel" permet au vignoble bordelais de renouer avec des prix de prestige


Boursorama avec AFP le 23/06/2016 à 10:32, mis à jour à 11:28

http://www.boursorama.com/actualites/un-cru-2015-exceptionnel-permet-au-vignoble-bordelais-de-renouer-avec-des-prix-de-prestige-adcad66dce4f9b3d2efc98117162f9ad

Le millésime 2015 a été qualifié "d'exceptionnel". Et permet ainsi aux plus prestigieux châteaux bordelais de constater une hausse des prix de 60%, renouant avec les sommets des crus 2009 et 2010, les précédents grands millésimes.

Cependant, cette forte hausse ne concerne que les étiquettes les plus renommées, la hausse moyenne des grands Bordeaux se situant entre 5 et 35%. Après quatre millésimes de 2011 à 2014 pudiquement qualifiés de "bons" et ayant conduit pour la plupart à des tarifs correspondant à leur qualité intrinsèque, le 2015, béni par la nature et encensé par la critique, a permis aux grandes étiquettes de Bordeaux de renouer avec des tarifs à hauteur de leur prestige.

Ainsi, les premiers grands crus classés 1855 - le classement de référence - ont en moyenne augmenté leur tarif de 56% par rapport au 2014, autour de 600 euros la bouteille prix particulier. Mais cela ne signifie pas pour autant que l'ensemble du vignoble bordelais baigne dans la démesure. "Ce sont des marques de luxe, demandées par le monde entier et les plus grandes fortunes", explique un courtier de la place bordelaise, spécialisé en grands crus, pestant contre "le 'Bordeaux bashing'" voulant "faire croire que les vins de Bordeaux sont tous trop chers".

"TOUS LES BORDEAUX NE SONT PAS DÉMESURÉMENT CHERS"

"Si les grandes étiquettes augmentent le plus aujourd'hui c'est que ce sont elles qui ont le plus baissé leur prix" après les envolées des 2009 et 2010, estime Thomas Hébrard, président et fondateur de U'wine, société de négoce à destination des particuliers désireux d'effectuer un placement financier sur le vin. Ainsi, de 600 euros en 2009 ces Bordeaux de prestige étaient descendus à 300 euros pour le 2013, millésime le moins cher du marché. Pour le courtier, "il ne faut pas en conclure que tous les Bordeaux sont démesurément chers, la hausse du cœur des Bordeaux vendus en primeur s'établit entre 5 et 35%", tempère-t-il estimant que le 2015 "méritait un réajustement par rapport au 2014".

Ainsi, les seconds grands crus classés du Médoc n'augmentent en moyenne que de 30%, tandis que les prix des troisièmes, quatrièmes et cinquièmes grands crus classés gonflent de 20%.

Le même schéma de figure se retrouve pour l'appellation Saint-Emilion. Les grands crus classés A ont bondi de 40%, les grands crus classés B de 36% et les grands crus classés de 21%. Idem pour les grands crus classés de Graves (plus 36% pour les rouges, plus 8% pour les blancs).

Seule appellation qui, dans son ensemble, profite de l'effet millésime et des notes enthousiastes des dégustateurs, Pomerol, qui a gonflé de 40 à 50% ses prix.

PARKER A PASSÉ LA MAIN

La France produit moins de vin mais le vend mieux

La France produit moins de vin mais le vend mieux ( AFP / Kun TIAN )

Le millésime 2015 signe donc un retour aux affaires pour la place bordelaise. Car en plus de l'effet millésime exceptionnel, Thomas Hébrard estime que les bons chiffres à l'export des vins et spiritueux amenant à "vider les stocks de vins livrables" et "la conjoncture favorable avec un euro bas" ont amené le négoce "à acheter du 2015".

Une autre particularité de cette campagne des primeurs 2015 à Bordeaux est qu'elle s'est déroulée sans le dégustateur américain vedette Robert Parker, qui a passé la main. A l'époque de son règne de près de 20 ans sur Bordeaux, l'ampleur de la note donnée par Parker coïncidait avec l'envolée du prix de la bouteille. "L'effet note s'est atténué sans Parker", s'est satisfait un négociant bordelais, acheteur de grands crus. "Aujourd'hui il y a eu un effet notes sur seulement cinq grands châteaux bordelais où la dizaine de critiques influents sont tombés d'accord sur leur grande qualité. Pour les autres il n'y a pas eu pareille unanimité et cela se ressent sur les prix", dit-il, se satisfaisant que "le marché soit revenu sur les fondamentaux".

Si les châteaux entendent faire fructifier cet historique millésime 2015 et sa longue garde annoncée, les négociants espèrent aussi en profiter car, soulignent-ils, "c'est le négoce qui vient de vivre quatre années difficiles, pas les châteaux".

___________________________________________________________

Bayer récompense un viticulteur pour son seau à vendange

 

Mercredi 22 juin 2016 par Christelle Stef

Sur Vitisphère

Le 13 juin, Patrick Leroy, un viticulteur champenois a été primé par Bayer pour son idée de seau à vendange servant d’assise. Il a ainsi reçu une enveloppe de 5000 € pour mettre en œuvre son projet.

 

En février dernier,  Bayer France a lancé l’appel à projets « Better Idea ». Agriculteurs, viticulteurs, étudiants ont ainsi pu présenter leurs idées qui permettraient d’améliorer leur quotidien. Le 13 juin, la firme a récompensé six projets. Parmi les lauréats : Patrick Leroy, viticulteur et agriculteur basé à Gaye dans la Marne.

« Les vendanges en Champagne sont fatigantes et les vendangeurs cherchent des solutions. Certains viennent avec des tapis de sol, d’autres des tabourets. Une année, une saisonnière est même venue avec un skateboard sur lequel elle s’asseyait. Un autre est venu avec seau industriel. Mais tout ceci manquait de praticité. J’ai donc discuté avec eux des moyens d’améliorer les choses », rapporte Patrick Leroy. Ainsi est né « Le So Pratik », un seau à vendange servant d’assise. Il s’agit d’un seau relativement solide de forme légèrement conique pour faciliter le stockage et le transport. Il comporte une tablette sur laquelle les saisonniers peuvent s’asseoir. Il est doté d’un bec verseur à l’avant pour faciliter le passage du raisin entre les jambes et d’une poignée intégrée dans l’assise pour simplifier la prise en main.

« Je n'ai pas encore construit de prototype, ni déposé l’idée », précise le viticulteur. Le prix de 5000 € que lui a remis Bayer va donc lui servir à mettre en œuvre son projet. A suivre.

___________________________________________________________

Curiosité dans le Bordelais

Avec l’humidité, la vigne émet des racines aériennes

Jeudi 23 juin 2016 par Christelle Stef

Sur Vitisphère

Avec le temps chaud et humide la vigne émet des racines aériennes

 Avec le temps chaud et humide la vigne émet des racines aériennes - crédit photo : D. Fages

 

Ce millésime arrosé a eu une conséquence peu ordinaire : la vigne a émis des racines aériennes. Le phénomène s’observe dans le Bordelais.

Le phénomène est anecdotique et sans conséquence. Mais il témoigne des conditions particulièrement humides de ce millésime. La semaine dernière, dans différentes zones du Bordelais, vignerons et techniciens ont observé plusieurs cas où la vigne a émis des racines aériennes sur les bois.

« C’est un phénomène rare que j’ai vu dans le Libournais mais on peut aussi le trouver dans d’autres secteurs à une faible fréquence. Il se rencontre plutôt dans les parcelles humides et vigoureuses. Je l’avais déjà observé mais jamais de manière aussi développé avec des racines de trois ou quatre centimètres. C’est lié au climat chaud et humide. C’est un temps à orchidées ! », rapporte Nadège Bidou, responsable technique chez Soufflet vigne, un distributeur de la région.

"La vigne est trompée"

Dorian Fages, le coordinateur technique vigne et chai du château Latour à Pauillac l’a aussi observé sur quelques pieds de merlot taillés en cordon. « C’est la première fois que je voyais ça, rapporte-t-il. Entre le 1er janvier et fin juin, il y a eu autour de 600 mm de pluie sur le Médoc . L’atmosphère est saturée en eau. La vigne est donc trompée et développe des racines dans la partie aérienne. C’est un phénomène physiologique peu ordinaire», indique-t-il.

____________________________________________________________________________________________


Arrêté du 22 juin 2016 établissant une dérogation temporaire d'épandage par voie aérienne de produits phytopharmaceutiques pour les vignes en pentes dans les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin

NOR: AGRG1617093A

ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2016/6/22/AGRG1617093A/jo/texte

Source(s) :

Diaporama

Offres d'emploi

La Madelaine-sous-Montreuill
Publié le 11 avril 2019
PARIS
Publié le 11 avril 2019

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter