Le Château du Tertre s’essaie au vin blanc de France

17 avril 2016
GARCIA Roland
Retour

Le Château du Tertre s’essaie au vin blanc de France

Jeudi 24 mars 2016 par Alexandre Abellan

Article mis à jour le 25/03/2016 14:15:59

 

« Faire du vin de France ne m’intéresse pas, l’intérêt c’est de proposer un nouveau chapitre pour le château du Tertre » estime Alexander van Beek. - crédit photo : Château du Tertre

 

Le cru classé de Margaux joue la carte de la modernité avec un VSIG. Un essai qui pourrait prochainement s’élargir, y compris au Château Giscours.

 

« On réfléchit depuis une décennie à faire du blanc sur le château Giscours ou le château du Tertre. Compte tenu du changement climatique, il est désormais possible de produire des blancs avec de la personnalité. Il faut juste avoir une ouverture d’esprit dans les techniques ! » s’exclame Alexander van Beek, le directeur général des deux châteaux en question (tous deux grands crus classés en 1855 de Margaux). En lançant en mai prochain un vin de France blanc, le grand cru classé compte affirmer sa personnalité, et si son encépagement ne manque pas d’audace, l’initiative d’une cuvée de blanc s’inscrit dans une mode commerciale parcourant le Médoc.

Encépagement expérimental

Ayant déboisé 1,5 hectare de croupe (petite colline) en 2007, le château du Tertre y a planté en 2011 quatre cépages blancs à forte densité (9 200 pieds/ha). Aux côtés du classique sauvignon blanc ont été implantés du chardonnay, du gros manseng et du viognier. On ne peut plus inattendu dans le Médoc, cet encépagement bannit la cuvée de l’AOC Bordeaux et l’amène dans la catégorie des Vins de France. Audacieuse, cette sélection de cépages a été validée par le professeur Denis Dubourdieu, l’œnologue-conseil de la propriété. Il s’est basé à la fois sur les études pédologiques menées sur ce terrain sablo-graveleux et sur la demande du château du Tertre de jouer la carte de la modernité.

« En Médoc, certains beaux terroirs permettent de produire un certain style de blanc, avec les cépages bordelais. Sur les terroirs moins évidents, on peut se permettre sa propre histoire »
explique Alexander van Beek. Qui détaille avoir « souhaité des vins au style plus complexe et gras, d’où le chardonnay. On a été gâtés sur ce premier millésime récolté. 2015 nous a permis de ramasser à maturité, ce qui n’est pas forcément évident avec le gros manseng. » Ayant une dimension expérimentale, cette parcelle doit être étudiée sur le long terme, avant d’envisager de nouvelles plantations.

Une commercialisation au compte-goutte

Le vin blanc de France du château du Tertre sera embouteillé mi-avril, pour une commercialisation mi-mai, au prix public de 25 euros. Avec 1,5 hectare de vignes, sa parcelle de blanc n'aura produit que 6 000 cols en 2015. Une goutte d’eau pour ce domaine, qui possède historiquement 52 ha en AOC Margaux et a produit l'an dernier 140 000 cols de premier vin et 80 000 cols de second vin. Au vu de cette faible production, la commercialisation du Tertre blanc sera assurée exclusivement par deux négoces, les maisons Duclot (pour le marché traditionnel français) et les Vins de Crus (pour l’export). La cuvée sera présentée à l'occasion de la semaine des primeurs, le château du Tertre accueillant les vins de Margaux pour l'Union des Grands Crus de Bordeaux.

Dans l'univers des crus classés du Médoc, cette production de blanc est un signe de diversification, très apprécié par les marchés. Ces derniers plébiscitent ces cuvées, pour l'instant plus répandues dans un vignoble de Sauternes en crise (faisant le tour de l’alphabet, du G de Guiraud au Y d’Yquem). Actuellement, une dizaine de crus classés médocains commercialisent des blancs : Cos d’Estournel (Saint-Estèphe), Lagrange (Saint-Julien), Lynch Bages (Pauillac), Margaux (Margaux), Mouton Rothschild (Pauillac), Palmer (Margaux)…

 

Du Tertre à Giscours
Le château du Tertre appartient depuis 1997 à l’investisseur néerlandais Eric Albada Jelgersma, qui gère également le château Giscours. Ce dernier produit déjà un rosé et envisage désormais la plantation de parcelles de blanc (jusqu’à une vingtaine d’hectares pourrait être concernées, selon les résultats des études pédologiques, retardées par les fortes pluies de cet hiver). Le premier coup d’essai en blanc a été réalisé sur son domaine toscan Caiarossa, qui a planté en 2004 une douzaine de cépages (en blanc chardonnay, petit manseng et viognier, en rouge cabernet franc, cabernet sauvignon, grenache, mourvèdre, sangiovese, syrah…)

Source(s) :

Diaporama

Offres d'emploi

La Madelaine-sous-Montreuill
Publié le 11 avril 2019
PARIS
Publié le 11 avril 2019

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter