L'or rouge du Piémont

13 février 2016
DESBUREAUX Robert
Retour

L'or rouge du Piémont

Publié le 06/02/16 par Gabrielle Vizzavona

Photo : DR

Les vignes du barolo sont plantées en cépage nebbiolo, variété la plus ancienne du Piémont. 

Le Figaro s'est rendu dans les Langhe, où quelque 2.000 hectares de vigne sont à l'origine du barolo, un nectar que se disputent les amateurs du monde entier.

Au début du XIXe siècle, Juliette Colbert, épouse du marquis de Barolo, jugea ce vin proche des crus élaborés en Bourgogne avec le pinot noir. Sans l'intuition de cette Niçoise d'origine, les vignerons des Langhe produiraient peut-être encore le vin rouge doux et "frizzante" de l'époque.

Le paysage des Langhe est parsemé de vignes et de noisetiers. Ce terroirclassé au patrimoine mondial de l'Unesco en 2014, offre une perspective unique. Si la région produit de nombreux crus, le barolo y est considéré comme "le vin des vins", entièrement constitué de nebbiolo, variété autochtone la plus ancienne du Piémont. Le cépage tient son nom de nebbia, qui signifie "brouillard" en italien. En effet, sa forte résistance au froid et sa maturation lente lui valent d'être récolté tard dans l'automne, alors qu'un manteau brumeux couvre les vallées piémontaises. Les vignes sont plantées en hauteur, souvent à plus de deux mètres. Pour optimiser sa concentration, les vignerons ne craignent pas le sacrifice : "La vigne n'est pas démocratique. Mère Nature aime la compétition. Pour viser l'excellence, il faut accepter de perdre énormément de raisin. Mon travail est de supprimer ceux qui ne sont pas parfaits", explique Giacomo Conterno. Le propriétaire du domaine Poderi Aldo Conterno a ainsi divisé sa production par deux depuis son arrivée au domaine, à la fin des années 1990. Une ou deux "vendanges vertes" sont effectuées avant les vendanges, afin de séparer les raisins de moins belle qualité des meilleurs.

Le barolo est un vin de patience, et cela se cultive aussi en cave. Un vieillissement d'au moins 38 mois s'entame à compter du 1er novembre du millésime, dont 18 en barriques. Dans la pratique, de nombreux vignerons dépassent cette durée. La première reconnaissance du barolo eut lieu en 1966, date de naissance de la DOC (denominazione di origine controllata). La délimitation des terres reste inchangée depuis lors. En 1980, on lui a octroyé la distinction la plus élevée d'Italie ; celle de la DOCG (denominazione di origine controllata e garantita). Au nom de barolo peut s'ajouter l'une des 170 mentions complémentaires, "menzioni geografiche aggiuntive" (MGA), ou celle de l'une des 11 communes du sud-ouest d'Alba, qui constituent l'aire du barolo. L'équivalent des "crus" français.

Le territoire forme un cercle. "La partie droite est constituée de cinq communes entourant Serralunga. C'est la zone la plus ancienne, aux sols argilo-calcaires, qui produit des vins à fort potentiel de garde. À gauche, c'est une zone plus jeune faite de cinq autres communes qui entourent la capitale de La Morra. Les sols sont plus sableux et les vins élégants, frais et fruités. La commune de Barolo sépare ces deux zones, et en son sein se trouve le plus beau terroir, celui de Cannubi. Il est considéré comme l'épine dorsale du barolo, car il combine les qualités des deux zones, à savoir élégance et potentiel de garde. Cannubi est le barolo mais attention ; le barolo n'est pas forcément Cannubi", explique Andrea Farinetti, oenologue et directeur de Fontanafredda. La surface des vignobles de Barolo a triplé depuis 1967, passant de 645 hectares à 2.000 hectares aujourd'hui. Cette expansion s'est construite en plusieurs phases. La première encouragée par la reconnaissance de l'appellation en 1966. La seconde, à compter de la fin des années 1980, poussée par la dévaluation de la lire et l'ouverture des marchés étrangers au vin - États-Unis en tête. La troisième, depuis le XXIe siècle, est le fruit d'un travail qualitatif important. "C'est le fruit d'un travail collectif. Les premières dégustations que nous faisions à l'étranger, nous souffrions d'un complexe d'infériorité en regardant la couleur des bordeaux. Puis, nous nous sommes rendu compte que la beauté de nos vins tenait à leur transparence et à leur finesse, c'est devenu notre fierté", se souvient Aldo Vaira, propriétaire du domaine qui porte son nom.

Une texture de cachemire

Aujourd'hui, le barolo est exporté à 90%, dont 40% vers les États-Unis. La production est limitée à 13 millions de bouteilles par an, que les amateurs acquièrent à prix d'or. Dans ses trois premières années de vie, alors qu'il est encore en cave, à l'aveugle, on confondrait le nebbiolo avec le pinot noir. Puis son profil se métamorphose vers les notes qui le caractérisent, spectres de son terroir. La rose, la violette, les épices, les fruits rouges croquants se nichent dans une texture de cachemire, structurée par des tanins abondants et une acidité élevée, deux facteurs organoleptiques qui contrastent souvent.

Les barolos ont ce petit quelque chose en plus, qui tient à une sophistication très italienne. "Un jour, notre fils aîné, Giuseppe, est rentré de l'école primaire, et m'a demandé : "Quel est le sens social de ton métier ?" Il y avait un tableau dans sa chambre. Alors, je lui ai dit : "Regarde ce cadre, tu peux vivre sans. Le barolo, c'est pareil : il n'est pas indispensable. Mais peux-tu imaginer un monde sans musique, sans art, sans poésie, sans culture, sans gastronomie ou sans vin ? Quel monde cela serait-il ?"Et j'ai moi-même découvert le sens de notre métier : rendre les gens heureux. On ne sait pas pourquoi on le fait, mais on sait qu'on doit le faire", conclut Aldo Vaira. Ce doit être le sentiment, l'ingrédient secret du succès du barolo.

En savoir plus :  http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-du-monde/o120874-l-or-rouge-du-piemont#ixzz3zxKRSmLE

Source(s) :

Diaporama

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter