MALADIE DE LA VIGNE

1442312271-g1
19 septembre 2015
DESBUREAUX Robert
Retour
Mercredi 16 septembre 2015 - Viticulture 
Par Alexandre Abellan
Commenter (0) Imprimer Envoyer

Mildiou et oïdium : 11 cépages résistants entrent au catalogue italien alt alt alt
Mildiou et oïdium : 11 cépages résistants entrent au catalogue italien

Ce 4 août, la République Italienne a publié le décret d’inscription au registre national de 7 nouvelles variétés résistantes au mildiou et l’oïdium : cabernet eidos, cabernet volos, merlot kanthus, merlot khorus, sauvignon kretos, sauvignon nepis et sauvignon rytos. Complétant la liste de quatre hybrides résistants publiée en avril (Fleurtai B, Julius N, Solaris B et Sorèli B), cette publication est une première en Italie, ouvrant de nouvelles possibilités d’expérimentation pour les vignerons français (pour une commercialisation dans la catégorie des Vins Sans Indication Géographique).

Développés depuis une quinzaine d'années par l'Institut de Génomique d’Udine (Frioul), ces plants seront diffusés en exclusivité par la pépinière Vivai Cooperativi Rauscedo (VCR). Si à terme l’objectif est de commercialiser deux millions de plants résistants dans le monde, VCR va lancer très progressivement ces nouvelles variétés. Il ne s’agit d’ailleurs que d’une première fournée de cépages résistants précise Kevin Baralon (cadre commercial pour VCR France), qui souligne que « les plants que l’on pourra proposer ne seront pas suffisants pour répondre à la demande attendue ».

Présent au prochain salon technique Sitevi (24-26 novembre 2015), il fera déguster des vins obtenus par microvinifications* pour démontrer de la qualité de ses cépages : « les cabernets ont une touche de cabernet, idem pour les sauvignons et merlots » assure-t-il. Obtenus par rétrocroisements, ces cépages revendiquent par leur dénomination une paternité autant génétique qu’aromatique. Pour ne pas dire commerciale, ce qui est un prérequis indispensable pour Jacques Gravegeal (président de l'Interprofession des Vins de Pays d’Oc) : « il est hors de question que les cépages résistants n'aient pas de nom de réputation internationale. Sinon ils seront invendables ! »

Ces variétés italiennes présentent aussi bien des résistances « simples » (ou monogénique) que « doubles » (polygéniques). Contrairement aux variétés de l’Institut National de Recherche Agronomique (attendus pour démonstrations en 2016), qui présenteront exclusivement des résistances polygéniques aux maladies cryptogamiques«En Italie, nous avons le même objectif de création de variétés polygéniques. Mais il faut que les vins obtenus soient bons. Je préfère un cépage monogénique qui donne un bon vin, qu'un polygénique qui en donne un mauvais : seul le premier contente le vigneron et le consommateur ! » confiait, lors du dernier Vinitech, le docteur Eugenio Sartori (directeur de VCR).

Fondée en 1933, la pépinière Vivai Cooperativi Rauscedo (VCR) réunit dans le Frioul 250 coopérateurs, qui plantent plus de 95 millions de pieds de vignes par an.

* : De telles dégustations étaient proposées lors du salon Vinitech 2014. Mais à l’époque, les cépages étaient baptisés « cabernet royal », « petit merlot », sauvignon doré »… Des adjectifs qualificatifs rétorqués par l’administration italienne et l'Office Communautaire des Variétés Végétales (CPOV), qui ont préféré des noms de fantaisie (aux connotations hellénistiques).

[Photo : Gazzetta Ufficiale della Repubblica Italiana]

 

 

Jeudi 17 septembre 2015 - Viticulture 
Par Marion Sepeau Ivaldi
Commenter (0) Imprimer Envoyer

Flavescence dorée : la maladie continue de progresser dans le Sud alt alt alt
 Flavescence dorée : la maladie continue de progresser dans le Sud

La Draaf PACA a révélé le 15 septembre l’état des contaminations par la Flavescence dorée. Les premières prospections ont effet commencé fin août et ont détecté une sortie des symptômes qualifiés de « très inquiétants » par la préfecture. Sur la zone couverte PACA, Rhônes Alpe et Gard, 5 nouvelles communes sont contaminées et 9 parcelles sont touchées à plus de 20%, ce qui entraînera leur destruction. "Il est encore trop tôt pour affirmer que la tendance est à une expression plus importante cette année que les campagnes précédentes. Cependant, l'impression globale est que les symptômes sont forts" souligne la Draaf. Par ailleurs, ce bilan doit faire l'objet d'un certain recul : le relevé de la Draaf comptabilise les cas faisants l'objet d'un signalement, qui doivent encore faire l'objet d'une vérification par analyse.

Dans le département des Bouches-du-Rhône, 55 parcelles ont été testées positives dont 6 parcelles touchées à plus de 20% (Eygalières, Lambesc, Orgon) et deux communes sont nouvellement touchées (Saint Cannat et Sénas). "Sur Eygalières et Orgon, nous constatons une décrue des foyers même si certaines parcelles présentent une présence importante du phytoplasme" précise la Draaf. Dans le Var, 114 parcelles sont contaminées dont 3 à plus de 20% (Beaumont du Ventoux, Buisson et Villedieu) ; trois communes sont nouvellement contaminées (Beaumont du Ventoux, Puyvert et Roaix).

En région Rhône Alpes, 17 communes ont été identifiées comme présentant le phytoplasme, une commune présente une parcelle contaminée à plus de 20% (Sainte Euphémie sur Ouvèze). Enfin, en Languedoc-Roussillon, dans le secteur de Roquemaure, huit nouvelles communes (Bezouce, Castillon du Gard, Domazan, Ledenon, Meynes, Saze, Saint-Victor Lacoste et Vers Pont du Gard) viennent allonger les quatre déclarées contaminées en 2014. Le secteur d’Aigremont voit également s’étendre la zone contaminée d’une commune l’an dernier à 3 cette année (Asperes, Cannes-et-Clairan, Savignargues).

 

eudi 17 septembre 2015 - Viticulture 
Par Christelle Stef La Vigne - Vitisphere
Commenter (0) Imprimer Envoyer

Xylella Fastidiosa : la sous-espèce corse n'infecte pas la vigne alt alt alt
Xylella Fastidiosa : la sous-espèce corse n

Tous les plants ornementaux infectés par Xylella fastidiosa qui ont été découverts en Corse jusqu’à présent le sont par la sous-espèce multiplex. Or, celle-ci n’infecte pas la vigne ni les citrus. Les viticulteurs et les arboriculteurs peuvent donc être rassurés. C’est ce que l’on apprend dans le rapport de la mission d’expertise diligentée par le ministre de l’Agriculture fin juillet, sur Xylella fastidiosa, qui vient d’être rendu. 

Celui-ci conforte et précise les actions mises en œuvre pour lutter contre la bactérie à savoir :

-Le maintien de la mobilisation et de la surveillance en Corse ;

-Le renforcement de la recherche;

-Le maintien de la vigilance au niveau européen.

Rappelons qu’au 14 septembre, 78 foyers de Xylella fastidiosa ont été découverts sur l’île, principalement sur le polygale à feuille de myrte, selon le dernier communiqué de la préfecture de la Corse-du-Sud.

Diaporama

Offres d'emploi

La Madelaine-sous-Montreuill
Publié le 11 avril 2019
PARIS
Publié le 11 avril 2019
Paris
Publié le 03 avril 2019

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter