Les vins de Savoie ont gagné en qualité

22 février 2015
Retour

http://www.ledauphine.com/economie-et-finance/2015/02/13/les-vins-de-savoie-ont-gagne-en-qualite-mais-souffrent-toujours-d-un-deficit-d-image

Les vins de Savoie ont gagné en qualité

 

Fort d’une expérience de plus de 30 ans, Charles-André Charrier -plus connu sous le nom de Charly- est le chef sommelier de L’Abbaye de Talloires. La carte des vins de cet établissement renommé comporte 68 vins de Savoie sur un total de 800 références.

Fort d’une expérience de plus de 30 ans, Charles-André Charrier -plus connu sous le nom de Charly- est le chef sommelier de L’Abbaye de Talloires. La carte des vins de cet établissement renommé comporte 68 vins de Savoie sur un total de 800 références.             

C’est un peu l’illustration de l’expression “L’herbe semble toujours plus verte chez le voisin”. Si d’après les spécialistes -au premier rang desquels Charles-André Charrier, dit “Charly”, maître sommelier de l’Union des sommeliers de France et chef sommelier de L’Abbaye de Talloires-, les vins de Savoie ont « majoritairement beaucoup gagné en qualité, ils souffrent toujours d’une mauvaise image. Même auprès des habitants des Pays de Savoie ». Pour illustrer par un exemple parlant, il suffit de donner… le sien. Il y a neuf ans, quand il arrive à L’Abbaye de Talloires, seulement trois vins de Savoie figuraient à la carte. Et aujourd’hui, il y a… 68 références ! « Car l’éventail est très large. Avec des esprits très différents. » Et notamment des cépages bien spécifiques (lire par ailleurs).

« Sortir du cliché “fondue/vin de Savoie” »

Pour lui, les vins de Savoie n’ont pas à rougir de la comparaison avec d’autres terroirs français. « J’ai par exemple fait un test à l’aveugle avec 15 mondeuses et 15 syrahs et beaucoup se sont trompés, même des vignerons. Et parfois, quand des clients ont fini une bouteille de côtes du Rhône et demandent un conseil pour un verre supplémentaire pour la fin du repas, je leur choisis une mondeuse. Et quand ils me disent “Il est bon aussi ce côtes du Rhône” et que je leur dis que c’est une mondeuse de Savoie, ils sont étonnés, » confie “Charly”. « Et quand je vois des restaurants, ici, qui ont à la carte 3 vins de Savoie et 12 côtes du Rhône, je me pose des questions… » poursuit-il.

Le problème, c’est que le déficit d’image se retrouve aussi hors du département. À la question de savoir si les grandes tables parisiennes proposent des vins de Savoie, il estime que c’est « marginal. » « Même à Lyon ou à Bourg-en-Bresse, on ne trouve presque pas de vins de Savoie à la carte, précise-t-il. Il faut sortir du cliché “fondue/vin de Savoie”. Les vins de Savoie peuvent accompagner toutes sortes de plats gastronomiques. Aussi bien des poissons que des volailles ou autres. »

« À une époque, c’est sûr qu’il y en a eu des mauvais, trop acides, trop soufrés… » reconnaît-il. Du genre le vin du grand-père agriculteur -pas forcément vigneron- qui décape parfois la tuyauterie… « Mais il ne faut pas rester là-dessus. Les choses ont bien changé depuis. »

Pour le démontrer, début février, “Charly” a organisé à la Maison de la vigne et du vin à Apremont, une réunion de l’Union de la sommellerie française qui a rassemblé 90 personnes. Une vingtaine de jeunes vignerons des Pays de Savoie ont ainsi fait découvrir leur production au cours d’une dégustation et d’un repas gastronomique préparé par le chef deux étoiles des Morainières à Jongieux (Savoie). Histoire de décoller cette satanée étiquette.

Par Anthony GRANGER | Publié le 14/02/2015 à 06:06 Vu 2330 fois

Diaporama

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter