"Actualité formation continue en Sommellerie"

19 octobre 2013
DESBUREAUX Robert
Retour
INFO ISSUE DE DIRECT MATIN BORDEAUX7

"Actualité formation continue en Sommellerie"

"...... alors que l'on nous annonçait voilà peu de temps le risque d'éventuelles fermetures de Formations en Mention Sommellerie en Aquitaine, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bordeaux lance une formation d'Excellence.... à 12500 € les dix semaines.... ...et le CIVB annonce qu'elle ne  sait pas s'il aura les moyens pour continuer les conférences auprès des Formations MC Sommelleries en 2014......

Robert  DESBUREAUX

Le monde du vin se forme en accéléré à Bordeaux


Mercredi, 16 Octobre 2013 06:00

Effectuer sa rentrée a toujours quelque chose d’intimidant, même lorsque l’on est âgé d’une trentaine d’années. Lundi, les 11 élèves de la toute première promotion de Worldsom, une formation d’« excellence » au métier de sommelier, ont pu vérifier cette théorie.

Sous l’oeil de Pierre Goguet, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux, mais aussi de plusieurs officiels et de la presse, conviée pour l’occasion, les stagiaires, un peu tendus, se sont présentés à tour de rôle. Chacun avait amené une bouteille d’un alcool typique de son pays et devait, en Anglais, la langue officielle de cette formation, la présenter à son auditoire. Un exercice qui a permis de détendre un peu l’atmosphère.
Ces onze premiers stagiaires, qui viennent des quatre coins du monde, vont passer une dizaine de semaines dans la « capitale mondiale du vin.» Encadrés par des personnalités renommées du secteur, ils vont, à travers Worldsom, suivre une formation accélérée destinée à faire d’eux des spécialistes incollables sur le vin, son histoire et ses subtilités.

« Nous visons l’excellence »
Parmi les sept hommes et quatre femmes qui composent cette promotion, ou plutôt cette « cuvée », on trouve dix nationalités : Français, Indien, Libanais, Japonais, Chinois, Coréen, Gabonais, Anglais, Italien et Sud-Africain. « Cette formation est unique au monde, explique Josianne Himmelberger, la responsable de Worldsom pour le compte de la CCI. Il y a très peu d’offre en terme de formation continue de sommellerie dans le monde. Donc, en tant que capitale mondiale du vin, on a pris le parti de mobiliser les gens pendant 10 semaines, de les enfermer et d’essayer de leur transmettre des connaissances que d’autres mettent beaucoup plus de temps à acquérir. Nous visons l’excellence, et cela se traduit par la composition du comité pédagogique : nous avons notamment quatre sommeliers élus meilleurs sommeliers du monde avec Gérard Basset, Paolo Basso, Serghe Dubs et Philippe Faure-Brac.»
Aà la fin de leur formation, les stagiaires recevront un diplôme, le « Worldsom Magister », un titre dont les responsables de la CCI espèrent qu’il deviendra, dans les prochaines années, une référence mondiale dans le secteur du vin.

Des profils très variés
Les stagiaires de cette première « cuvée », qui ont été recrutés à la suite d’une annonce parue sur internet, présentent des profils très variés.
Ainsi, Esther Bertrand, Gabonaise de 28 ans, a découvert le milieu du vin via sa belle famille. Gérante d’une épicerie fine à Libreville, elle espère que cette formation lui permettra d’approfondir son savoir : « j’ai une clientèle de plus en plus exigeante au Gabon, observe-t-elle. Là-bas, il n’y a aucun sommelier dans toute la sous-région et il y a beaucoup de charlatans. Donc j’attends de cette formation qu’elle me légitime et me permette de faire la différence car je serai le seul sommelier professionnel en qui les gens pourront avoir confiance.»
Xavier Momein, Stéphanois âgé de 26 ans, vient de passer plusieurs mois dans un vignoble en Australie. Il veut se servir de cette formation comme d’un « tremplin » pour travailler à l’étranger. Guillemette de Castelbazac, Bordelaise de 27 ans et seule locale de l’étape, cherche à se perfectionner et à « avoir une nouvelle approche du vin et de son utilisation quotidienne, par exemple avec la nourriture.»
« Tous ont un point commun, relève Josianne Himmelberger. Ils ont de l’expérience dans le vin, soit professionnelle, soit d’amateur passionné, c’est à dire avec une culture déjà assez pointue dans le milieu du vin.»
Autre point commun : tous sont en mesure de débourser 12 500 €, le coût de ces dix semaines de formation... •

Olivier Saint-Faustin

Photo : 11 stagiaires de 10 nationalités vont étudier le métier de sommelier pendant 10 semaines © OSF

Source(s) :

Diaporama

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter