Des cépages résistants dès 2019 dans le vignoble IGP

cepages-resistants-le-monde
06 octobre 2018
DESBUREAUX Robert
Retour

Des cépages résistants dès 2019 dans le vignoble IGP

Vendredi 05 octobre 2018 par Alexandre Abellan

De premières parcelles de cépages résistants classés définitivement commencent à parsemer le vignoble français. Ici dans le Bordelais.De premières parcelles de cépages résistants classés définitivement commencent à parsemer le vignoble français. Ici dans le Bordelais. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)

L’objectif est clair pour les IGP, qui veulent être à la pointe de l’innovation variétale en voulant autoriser à court terme ces hybrides résistants au mildiou et à l’oïdium dans leurs assemblages.
Vibrant dans tout le vignoble français, l’intérêt pour l’innovation environnementale des nouveaux cépages résistants aux maladies cryptogamiques est prêt à se concrétiser à court terme avec les vins à Indications Géographiques Protégées (IGP). « Du point de vue réglementaire on peut aller très vite, la contrainte viendra plus de la disponibilité du matériel végétal » résume Christelle Jacquemot, la directrice de la Confédération des Vins IGP.

A LIRE AUSSI

À FIN D’ADAPTATION

Dans le vignoble, l'intérêt s'éveille pour rénover l'encépagement AOC



MILDIOU

Malgré quelques symptômes, les variétés Bouquet ont bien résisté



L’élan a été lancé ce 5 juillet par le comité national des vins IGP, qui a ouvert l’intégration des cépages résistants classés au catalogue national dans les cahiers des charges en faisant la demande. Sont désormais sur les starting-blocks, les syndicats viticoles des IGP Aquitaine, Ardèche, Gard, Hérault, Oc… « Les premières demandes de modification de cahiers des charges sont attendues pour la fin 2018 ou la fin 2019. Nous espérons que les autorisations soient validées pour le prochain millésime »avance Christelle Jacquemot, qui souligne que ces hybrides résistants classés sont éligibles aux aides à la restructuration (du moins pour trois bassins viticoles) et autorisés dans le cadre européen des IGP (contrairement aux AOC*).

12 cépages classés

En pratique pour un vin IGP, son Organisme de Défense et de Gestion (ODG) peut demander l’inscription à son cahier des charges du nombre de cépages désirés. Tant qu’ils sont issus des variétés résistantes au mildiou et à l’oïdium définitivement classées. Ce qui limite le panel à douze cépages suite au décret d’avril 2017. Soit 11 hybrides allemands (Bronner, Cabernet blanc, Cabernet Cortis, Johanniter, Monarch, Muscaris, Pinotin, Prior, Saphirs, Solaris et Souvignier gris) et un italien (Soreli).

Devant motiver ses demandes, l’ODG doit notamment apporter des arguments sur la cohérence de ces nouveaux cépages avec les caractéristiques de son IGP. Pour justifier de la pertinence locale de ces nouvelles variétés obtenues à l’étranger et peu plantées en France, les IGP vont bénéficier de l’expertise de l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV). Ayant signé une convention avec la confédération des IGP ce 18 septembre, l’institut technique va soutenir les syndicats viticoles en leur fournissant les caractéristiques de ces hybrides.

"Argumenter"

Ce partenariat va permettre « de montrer que tel cépage a été planté sur des terroirs proches de celui de l’IGP, et que le profil organoleptique de l’hybride s’approche de celui de variétés présentes sur l’IGP »explique Christelle Jacquemot. « Il est plus facile d’argumenter sur les intérêts environnementaux et économiques de ces cépages que sur leurs résultats dans les terroirs français » reconnaît Jean-Pierre Van Ruyskensvelde, le directeur général de l’IFV.

Pour les volets agronomiques, l’institut va se baser sur la bibliographie (comme le Guide technique de l’ICV) et les premiers résultats de l’Observatoire National du Déploiement des Cépages Résistants (OsCaR). Sur le plan sensoriel, l’IFV va mettre à profit les travaux de caractérisation menés sur 86 vins commerciaux de ces 12 cépages. Les jurys de dégustation ayant étudié les proximités sensorielles de ces nouvelles variétés avec des cépages français de référence. Par exemple, « le cabernet blanc est éloigné du riesling, mais assez proche du chardonnay » explique Jean-Pierre Van Ruyskensvelde. Résumant ces résultats, des fiches vont être éditées et mises à disposition des vignerons.

Compétitivité

Comparé au dispositif des « cépages à fin d’adaptation » des vins d’appellation, le système d'innovation variétale des vins IGP est bien plus ouvert. « Nous voulions un cadre souple, correspondant à la spécificité des IGP. Qui sont des vins d’assemblage ayant besoin de réactivité, alors qu’ils s’inscrivent dans une compétition mondiale » souligne Christelle Jacquemot.

* : Cette possibilité est actuellement interdite aux appellations, qui sont suspendues à la révision de l'article 93, paragraphe 1, point a) iv) du règlement européen n°1308/2013, qui les limite aux seules Vitis vinifiera. La négociation de la Politique Agricole Commune 2021 pourrait permettre de lever ce verrou.

Source(s) :

Voir le site :

Diaporama

Offres d'emploi

UZES
Publié le 15 octobre 2018
Gravetye Manor Vowels Lane, West Hoathly, Sussex RH19 4LJ
Publié le 14 octobre 2018
MONTPELLIER
Publié le 13 octobre 2018

L' association

C’EST LA RENTREE !!!  Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, C’EST LA RENTREE !!!!, cette phrase courte qui marque pour tous cette période de l’année d’une empreinte forte est là ! Le soleil...

S'inscrire à la Newsletter