Qui fut le tout premier vigneron ?

vigneron
27 septembre 2018
WOERLE Antoine
Retour

Qui fut le tout premier vigneron ?

© WikiCommons/CC0

Par V. Lepetit et J.-P. Noël Le 24 sept 2018 à 06h00 6 min de lecture.     https://www.science-et-vie.com/questions-reponses/qui-fut-le-tout-premier-vigneron-43334

L'humanité fabrique du vin depuis des temps immémoriaux... Mais où et quand la vinification a-t-elle débuté ? Il faut se tourner vers l'Asie occidentale, puis suivre la trace du raisin en Géorgie, en Iran, en Egypte...

Au cœur d'une grotte du Caucase arménien, des archéologues ont déniché en 2011 ce qui se révèle être le plus ancien "chai" connu à ce jour, vieux de 6100 ans. Ici un pot, là une cuve de cinquante litres et une bassine en argile surmontée d'une rigole, le tout entouré de résidus de grappes de raisin... Aucun doute, des vignerons tiraient déjà parti du jus de la treille en ces temps éloignés. cet indice irréfutable des premières vinifications, s'ajoutent d'autres preuves de liens anciens entre l'homme et le vin. Comme ces traces d'acide tartrique, vieilles de plus de 7 500 ans, découvertes dans des vases originaires du Sud-Ouest asiatique.

Sur le même sujet

Archéologie : en Égypte, on buvait du vin médicinal il y a plus de 5 000 ans

Loin de nos champs aux pieds joliment alignés, la vigne de cette époque provient de la domestication de la lambrusque : de petites baies noires juteuses poussant sur des lianes et présentes dans le bassin méditerranéen il y a plus d'un million d'années !

La révolution égyptienne

La vigne domestique serait donc née dans le Caucase : "La grande différence entre les pieds sauvages et les pieds domestiques est que les premiers sont à sexes séparés alors que les seconds sont hermaphrodites. On ignore aujourd'hui comment a pu se faire la domestication, peut-être en sélectionnant des pieds hermaphrodites, mais leur pourcentage dans la nature reste très faible", souligne Laurent Bouby, du Centre de bio-archéologie et d'écologie - CNRS.

Des vestiges sur les sites de Shulaveri-Gora (Géorgie) et de Hajji Firuz Tepe (Iran) datent d'environ 5 000 ans avant notre ère. Ils sont complétés par d'autres traces autour de la Méditerranée, à l'instar du site de Dikili Tash en Grèce, où il y a eu du vin dès la fin du Ve millénaire av. J.-C.

Mais c'est en Égypte, mille ans plus tard, qu'a lieu le réel essor de la production, dont la mythologie regorge de témoignages. Car le vin devient le breuvage divin par excellence et seRt d'offrande aux dieux. Ainsi Chesmou est le dieu du pressoir quand Osiris et Sothis ont le statut de maîtres du vin. Fouilles et hiéroglyphes renseignent sur les techniques utilisées pour la culture de la vigne. Ainsi, celle des pergolas - les vignes sont élevées sur un treillis dont les chevrons transversaux reposent sur des piliers - couvrait pas moins de 1,26 hectare sur le site du roi Akhenaton.

Enfin, les vestiges enfouis dans les tombeaux confortent la place royale du vin en Égypte: telle la peinture murale ornant la tombe de Nakht vers 1450 av. J.-C., ou les résidus de plusieurs milliers de litres de vin dans la sépulture de Scorpion ler (vers 3200 av. J.-C.). Ou encore des centaines d'étiquettes de 34 crus différents dans le temple funéraire de Ramsès II (règne de 1279 à 1213 av. 1-0.).

Les fresques égyptiennes fourmillent donc de révélations sur le type de vin élaboré. Ainsi, dès le IIIe millénaire av. J.-C., le vin est assemblé avec divers cépages et aromatisé avec des fruits. Les Égyptiens étiquettent leurs vins, indiquent leur provenance, le nom du domaine, du maître de chai et adoptent le concept de millésime.

Evolution des techniques

Le mouvement est lancé et la culture du vin se répand dans tout le Moyen-Orient dès le IIe millénaire av. J.-C. Mésopotamiens, Hittites d'Anatolie et Phéniciens créent de vrais corps de métiers : vignerons, cavistes et échansons, ces officiers chargés de servir à boire à un roi. Blanc, rouge, bon, miellé... les vins se diversifient. Usage et commerce s'intensifient vers l'ouest du bassin méditerranéen à partir du Ier millénaire av. J.-C., jusqu'à ce que cette boisson soit produite très largement dans cette région dès 500 av. J.-C.

Au fil du temps, les techniques de vieillissement et de conservation évoluent elles aussi. Chez les Romains, les amphores de vin chauffent au soleil pour apporter des saveurs liquoreuses et sucrées, puis viennent les bouchons de pouzzolane pour faire vieillir un vin qui s'apprécie à vingt ou vingt-cinq ans d'âge, habitude reproduite bien des siècles plus tard à la Renaissance avec l'utilisation des bouteilles.

Depuis l'Antiquité, les techniques de culture, les goûts et la consommation du vin n'ont cessé d'évoluer. D'autres étapes ont marqué elles aussi des tournants dans l'histoire du vin au fil des siècles. Ainsi, l'œuvre d'Olivier de Serres établit, au XVe siècle, les principes de la viticulture et la juste alliance entre climat, sol et cépage.

Au milieu du XIXe siècle, c'est Louis Pasteur qui livre ses précieuses clés de vinification grâce aux rouages de la fermentation alcoolique et lactique, annonçant l'âge d'or de la viticulture. 

D'après Science & Vie QR n°26 « Le guide du vin »



      ICI LIEN VERS D'AUTRES NOUVELLES

Diaporama

L' association

C’EST LA RENTREE !!!  Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, C’EST LA RENTREE !!!!, cette phrase courte qui marque pour tous cette période de l’année d’une empreinte forte est là ! Le soleil...

S'inscrire à la Newsletter