NOUVELLES

bourguiel
09 juin 2018
WOERLE Antoine
Retour

Bourgogne : le vin du mariage de Harry et Meghan s'arrache outre-Manche

Un vin de Bourgogne a été sélectionné pour le mariage du prince Harry et de Meghan Markle. Depuis, les Anglais s'arrachent ce breuvage et les ventes explosent. Son prix n'est d'ailleurs pas si cher.

Puligny-Montrachet est un des vignobles les plus prestigieux de Bourgogne. Cette appellation de Côte-d'Or fait rêver les connaisseurs de grands vins. Olivier Leflaive est le fier propriétaire de 20 ha de parcelle. L'un de ses vins a été servi lors du mariage du prince Harry et de Meghan Markle, le 19 mai dernier. Les 600 convives qui ont participé à la réception ont pu déguster sa cuvée 2015 et la presse britannique s'en est fait l'écho.

Un vin d'entrée de gamme à 17 €

Depuis l'évènement, les ventes de ce vin explosent outre-Manche. "Les distributeurs ont vendu des centaines de caisses dans les deux ou trois heures qui ont suivi la parution de l'article. Ça a boosté les ventes, mais malheureusement on est en fin de stock", relate Olivier Leflaive. Le vin choisi par la couronne britannique est un vin d'entrée de gamme, à 17 €. C'est le moins cher proposé par le viticulteur.

------------------------------      

Une nouvelle Maison des Vins de Bourgueil à Langeais

La nouvelle Maison des Vins de Bourgueil a ouvert ses portes le lundi 4 juin 2018 au pied du Château de Langeais (37).

https://touraine.julienbinz.com/Une-nouvelle-Maison-des-Vins-de-Bourgueil-a-Langeais_a930.html

Une nouvelle Maison des Vins de Bourgueil à Langeais

Après la première boutique située à Bourgueil (37), il s’agit d’une seconde boutique qui a pour vocation de faire découvrir les vins de l’appellation à une clientèle majoritairement touristique. 
Cette nouvelle maison des vins est l’aboutissement d’un projet collectif rassemblant tous les vignerons de l’appellation Bourgueil. Quelque soit leur taille d’exploitation, chaque vigneron peut bénéficier d’un ou de plusieurs casiers afin d’y proposer une ou plusieurs cuvées à la vente et à la dégustation. 
Au total, 180 cuvées sont proposées aux visiteurs : essentiellement des vins rouge des différents terroirs de l’appellation, avec une dizaine de vins rosés, très en vogue à cette époque de l’année ! 
Mais ce qui distingue aussi cette nouvelle maison des vins est la présence de vins blancs et de bulles. En effet, les vignerons ont souhaité compléter l’offre « rouge et rosé » de l’appellation Bourgueil. Point commun entre tous ces vins : être élaborés avec des raisins produits sur l’aire de l’appellation uniquement. 

La maison des vins propose constamment 12 vins à la dégustation, via l’achat d’un verre à vin et à la mise à disposition d’une carte magnétique pour déguster de manière autonome. Tous les vins de la boutique seront proposés à la dégustation les uns après les autres. 
Le choix de la ville de Langeais s’est rapidement imposée pour ouvrir cette 2ème maison des vins. Géographiquement, elle est la « porte Est » du vignoble de Bourgueil lorsque l’on vient de Tours. Cette nouvelle vitrine sera un outil de promotion formidable de l’appellation Bourgueil et de ses vignerons auprès d’un public néophyte. Elle est conçue pour faire découvrir les vins et inciter les touristes visitant le Château à prolonger leur expérience gustative chez les vignerons dans le vignoble situé à quelques kilomètres à l’Ouest. 
Autre point fort de Langeais : le dynamisme du Château et sa fréquentation grandissante : + de 110 000 visiteurs en 2017 ! 
La Maison des vins sera ouverte tous les jours en haute saison jusqu’à fin septembre mais aussi en période de vacances scolaires. Pour la fin 2018, elle restera ouverte du vendredi au dimanche matin en basse saison. 

Maison des Vins 
15 rue Gambetta 
37130 Langeais      

——————————————————————

Cépage local, cépages résistants, liberté d’entreprendre : bienvenu au Chateau Ksara !

Publié le 08/06/2018 - 16:00

par James Palgéhttps://www.mon-viti.com/experts/international/cepage-local-cepages-resistants-liberte-dentreprendre-bienvenu-au-chateau

C:\Users\Robert\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\01\clip_image002.jpg

C’est depuis le Liban que je vais tenir un journal de bord retraçant la vie du domaine sur lequel je travaille. Je m’appelle James Palgé et je suis arrivé au Liban il y a maintenant 25 ans. Après une première expérience professionnelle enrichissante au château Prieuré Lichine, un grand cru classé de margaux j’ai eu envie de travailler hors de France ; à l’époque, la réglementation était tellement rigide.

À la sortie de la guerre du Liban, les propriétaires actuels du château Ksarale plus ancien domaine viticole du pays fondé par les pères jésuites en 1857, cherchaient un œnologue. Ma candidature a été retenue et désormais je gère en plus toutes les décisions relatives à la vigne et aux vins.


Plus de 400 ha de vignes

Chateau Ksara au LibanAttardons-nous dans un premier temps sur le vignoble ; il s’étend sur 437 ha sur un plateau d’altitude où les vignes sont plantées entre 900 et 1 400 mètres. C’est un vignoble de montagne en zone méditerranéenne. Il pleut et neige de mi-novembre à début avril, puis ensuite plus aucune précipitation pendant 6 mois.
De fait la pression parasitaire est très faible ; il y a juste un peu d’oïdium au printemps que nous contrôlons avec des poudrages au soufre.
Côté entretien du sol, le désherbage est mécanique.

Les faibles précipitations printanières et estivales ont aussi leurs inconvénients. Il faut gérer le stress hydrique, éviter les blocages de maturité et agir pour avoir un équilibre acidité/sucre satisfaisant. L’un des leviers mis en place au château est l’irrigation. Presque toutes les vignes sont irriguées. Cela ne nous a pas empêché de perdre 40 % de récolte en 2017. L’année a été catastrophique. Les températures sont descendues jusqu’à - 17 °C durant l’hiver. Ce n’était jamais arrivé avant ! À ce gel s’est rajouté un été caniculaire avec des températures supérieures à 37 °C pendant un mois. On passe d’un extrême à l’autre.

Les vignes du chateau Ksara

Irriguer peu souvent mais de manière significative

L’année 2018 ne semble pas partie pour être plus simple que 2017. Nous manquons de pluie. Ce n’est donc certainement pas cette année que le niveau des nappes va remonter... Nous devons forer de plus en plus bas pour trouver de l’eau : 90 m avant, 120 m maintenant.

Pour utiliser cette eau, comme je le mentionnais plus haut, nous avons équipé le vignoble de l’irrigation : goutte-à-goutte ou aspersion. Des sondes mesurant l’humidité du sol à 60, 90 et 120 cm nous permettent de gérer les apports. Nous en faisons entre un et trois, selon les parcelles et l’année, de 30 à 40 mm sur 24 à 48 heures. Cette stratégie permet d'éviter l’enracinement superficiel et donne de meilleurs résultats que les autres méthodes testées par le passé.
 

Nous testons les cépages résistant au froid

Vue la situation actuelle, il va aussi falloir être très vigilant sur les besoins en eau des plantiers mis en place ces dernières semaines : de l’eau le jour de la plantation et 15 jours après avec l’asperseur. Nous avons choisi des cépages interspécifiques de notre pépiniéristes habituel : l’italien VCR.

Le cabernet volos et le sauvignon ritos sont sélectionnés pour résister au froid, jusqu’à - 24 °C a priori, au mildiou et à l’oïdium. C’est la résistance au gel qui m’intéresse, car le mildiou est inexistant et l’oïdium facilement gérable. Ces 3 ha de cépages hybrides sont les premiers sur le domaine qui comptait jusqu’à présent 29 cépages différents. D’ici quelques années, on pourra dire 32 cépages. Car en parallèle des cépages résistants, je me suis intéressé à un cépage blanc autochtone du Liban : le merwah.
 

Le merwah, un cépage autochtone bientôt en bouteille

Vin à base du cépage local du liban, le  Merwah, élaboré au chateau KsaraLes sélections massales sont en cours mais le château Ksara va, dès cette année, proposer un vin issu de cette variété qui n’est plus produite que dans un seul village. Pour sécuriser nos approvisionnements, nous réfléchissons donc à mettre en place des contrats pluriannuels avec les producteurs. Nous sommes les premiers à faire un vin de merwah en monocépage.

Les domaines concurrents, eux aussi en recherche de cépages autochtones très prisés en ce moment par les acheteurs, ce sont tournés vers l’obeidi. C’est le cépage servant à l’élaboration de l’arack, un alcool typique du Liban. Le vin est distillé puis coupé avec de l’anis vert frais de Syrie. Après une seconde distillation, la boisson se rapproche de l’ouzo grec. L’obeidi à l’avantage d’être local et répandu, mais il est peu aromatique et avec un degré alcoolique faible.

Le merwah me semble bien plus intéressant pour la vinification. Les premières dégustations faîtes avec nos acheteurs anglais se sont très bien passées. Ils ont aimé ce vin sec, aromatique que l’on ne trouve qu’au Liban et qu’au Château Ksara en plus ! »

——————————————————————————

Nouvelle-Aquitaine : le vin vieilli sous la neige tient ses promesses

>Insolite|Denis Granjou| 08 juin 2018, 12h27  http://www.leparisien.fr/insolite/nouvelle-aquitaine-le-vin-vieilli-sous-la-neige-tient-ses-promesses-08-06-2018-7760382.php

C:\Users\Robert\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\01\clip_image007.jpg1200 bouteilles de vins blancs et rouges ont vieilli sous 5 m de neige, durant six mois. DR

Un vigneron bordelais a récupéré à Cauterets (Hautes-Pyrénées) les bouteilles qu’il avait enfouies sous la neige depuis le 25 janvier. L’idée était de tester un vieillissement inédit.

C’est une première mondiale. Un viticulteur du Bordelais a fait vieillir 1 200 bouteilles de ses vins blancs et rouges en appellation Graves château de Lugey à 2 400 m d’altitude, au-dessus de la station de Cauterets (Hautes-Pyrénées), sous 5 m de neige, durant six mois. Ce jeudi 7 juin, Franck Labeyrie les a récupérées avant un premier test œnologique prometteur au pied des pistes de ski.

« Regardez, elles sont impeccables ! Le niveau de vin est parfait. Elles n’ont pas bougé même si elles sont très fraîches ! » s’exclame Franck Labeyrie en enlevant délicatement la neige des bouteilles d’un geste de la main avant d’expliquer leurs conditions de conservation : « Nous les avons placées dans un dôme igloo depuis le 25 janvier. Elles ont été à température constante de -0,5 degrés, dans le noir total, avec un taux d’humidité favorable, sans oublier le taux d’oxygène qui a dû également jouer positivement pour qu’elles développent des arômes inédits. »

«Cette technique nous fait voyager»

Une dizaine de personnes ont participé à l’opération de déneigement, pelles dans les mains, avant qu’un hélicoptère ne vienne prendre le relais et soulever deux énormes casiers métalliques de plus de 500 bouteilles chacun, suspendus dans le vide le temps des rotations.

A l’arrivée, des spécialistes du monde du vin, invités pour l’occasion, étaient impatients de déboucher ces bouteilles d’exception : « Je suis vraiment bluffé. Je ne m’attendais pas à un effet bonificateur du vin aussi intense. Comme si la neige avait permis une éclosion encore plus forte des arômes ! », réagit l’œnologue toulousain Jean-Christophe Simon.

« C’est un vin gourmand qui a presque des accents de Sancerre. C’est très étonnant de dire cela d’un vin de Graves, mais cette technique nous fait voyager de vignobles en vignobles », ajoute Michel, sommelier bordelais, visiblement conquis.

«J’ai suivi mon intuition»

Franck Labeyrie sourit à l’idée d’avoir gagné son pari : « J’ai suivi mon intuition comme il y a dix ans lorsque j’ai eu l’idée de faire vieillir mon vin sous les eaux du bassin d’Arcachon. Ça a donné le Blanc et le Rouge des Cabanes. Cette fois, c’est sous la neige et le résultat est vraiment convaincant ». 

Et de conclure : « J’avais envie que mes vins racontent des histoires à ceux qui les dégustent et j’espère surtout qu’ils plairont autour d’une table », en trinquant avec le directeur de la station de Cauterets, sous les yeux d’une émissaire du plus grand groupe chinois de négoce en vins, séduite elle aussi par ce tout premier vin des neiges au monde. 

Un vin qui sera commercialisé sous cette dénomination cet hiver à Cauterets et devrait être vendu aux alentours de 20 euros la bouteille.

———————————————————————

Les Brouilly et Côte de Brouilly visent le classement en 1er crus

Jeudi 07 juin 2018 par Juliette Cassagnes

https://www.vitisphere.com/actualite-87695-Les-Brouilly-et-Cote-de-Brouilly-visent-le-classement-en-1er-crus.htm#sd_id=&sd_source=

Les crus Brouilly et Côte de Brouilly sont co-présidés par les vignerons Robert Perroud, Claude Edouard Geoffroy et Loïc Condemin'

Les crus Brouilly et Côte de Brouilly sont co-présidés par les vignerons Robert Perroud, Claude Edouard Geoffroy et Loïc Condemin' - crédit photo : Denis Laveur

Les vignerons des crus du Beaujolais Brouilly et Côte de Brouilly travaillent depuis 5 ans à produire des vins revendiqués en lieux-dits. L'idée étant de pouvoir à terme obtenir auprès de l'Inao le passage en 1er crus d'une partie d'entre eux.
Les vignerons de Brouilly et Côte de Brouilly avaient donné rendez-vous à la presse ce lundi 4 juin 2018 à Paris. Outre la dégustation des trois derniers millésimes, l'objectif était aussi de lui présenter leur démarche de revendication de nouveaux « lieux-dits » pour une partie de leurs vins. L'objectif visé : le classement, d'ici plusieurs années, d'une partie d'entre eux, en 1er cru.

Depuis cinq années, les vignerons s'attachent en effet à vinifier et à revendiquer de façon séparée, sur leur déclaration de récolte et leurs étiquettes, des parcelles de vigne à partir des lieux-dits définis par le cadastre. Pour l'appellation Brouilly, c'est actuellement le cas de 41 lieux-dits, sur un total de 86 répertoriés. En Côte de Brouilly, 17 lieux-dits sur 19 le sont. « Il y a cinq ans, il n'y en avait que deux...Les vignerons se les sont donc bien appropriés », constate, satisfait, Robert Perroud, co-président du cru. 

"Accompagner les ventes en bouteilles"

Cette démarche a pour but de créer un « historique de production », condition essentielle pour qu'un certain nombre, les plus qualitatifs d'entre eux, obtienne à terme leur classement en 1er cru par l'Inao. Mais cette ultime étape ne devrait pas se concrétiser avant plusieurs années : « Il faudra je pense une dizaine d'années...Nous avons fait environ la moitié du chemin à parcourir », estime celui-ci.

L'idée a germé en 2010, avec la décision de cartographier, d'un point de vue géologique, les 10 crus du Beaujolais. Le travail a débouché sur l'édition de cartes en 2014, qui ont permis de mettre en lumière « l'extrême diversité et complexité des sols ».

Cette volonté de monter en gamme est aussi née du constat que les ventes en bouteilles se développent de façon très importante dans ces deux appellations, au dépend du vrac.

---------------------------------------

Tout ce que vous avez toujours voulu chiffrer sur les BIB sans pouvoir le demander

Jeudi 07 juin 2018 par Alexandre Abellan

https://www.vitisphere.com/actualite-87693-Tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-chiffrer-sur-les-BIB-sans-pouvoir-le-demander.htm

« Les consommateurs accordent moins d’importance au contenant et n’hésitent pas à acheter du vin en BIB afin de profiter de prix plus attractifs » estiment les experts de Business France.

« Les consommateurs accordent moins d’importance au contenant et n’hésitent pas à acheter du vin en BIB afin de profiter de prix plus attractifs » estiment les experts de Business France. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)

Saviez-vous que la Suède est le premier importateur de Wine In Box au monde ? Que l’Australie en est le premier exportateur ? Que le format ne pèse que pour 3 % des exportations françaises ?
Jusque-là statistiquement noyés dans la catégorie du vrac, les vins conditionnés en Bag-In-Box (BIB) peuvent désormais être suivis finement dans les échanges mondiaux de vin grâce au code douanier 220422. Acté en 2013, cet indicatif permet de suivre depuis 2017 les échanges mondiaux des vins conditionnés entre 2 et 10 litres. Rapportés par Business France, ces premiers chiffres douaniers ne permettent pas encore de suivre l’évolution des expéditions de BIB, mais d’en avoir une première photographie précise (voir infographie ci-dessous).

L’an dernier, la Suède était le premier pays importateur de BIB, avec 493 000 hl. Le format pèse pour 25 % de ses importations totales. Alors que ce contenant ne compte que pour 3 % des importations américaines (le deuxième pays importateur, avec 310 000 hl). Cet attrait des pays nordiques pour les BIB est confirmé par la Norvège, pour qui les BIB représentent 39 % des vins importés. L’Australie est de loin le premier pays exportateur de BIB, avec 630 000 hl expédiés. Ce qui représente 8 % de ses exportations totales. Une part moindre que l’Afrique du Sud ou que l’Allemagne (respectivement 12 et 16 %), mais plus élevée que la France, l’Italie ou l’Espagne (respectivement 3, 2 et 1 %) « L’Allemagne dispose de quelques gros acteurs du BIB sur son marché qui réembouteillent du vrac importé en BIB notamment pour la consommation locale » notent les experts de Business France,

"Niche peu exploitée par les producteurs français"

Pesant pour 10 % des volumes exportés des BIB, le vignoble français a pour principaux clients l’Europe du Nord. Mais ses performances sont en deçà de ses capacités de commercialisations estiment les services de Business France qui soulignent que « le marché du BIB est un secteur assez peu exploité à ce jour par les producteurs français ». Concluant que « les pays du Nouveau monde, où la production et la consommation de vin en BIB est une habitude, dominent par conséquent cette niche au niveau des exportations mondiales. »
_________________________________________

Le pays d’origine des vins indiqué sur la bouteille et les cartes des restaurants ?

Publié le 05/06/2018 - 17:19

par Viti Veille

https://www.mon-viti.com/filinfo/vie-de-filiere/le-pays-dorigine-des-vins-indique-sur-la-bouteille-et-les-cartes-des

Un amendement pour clarifier l’origine du vin sur les étiquettes a été adopté par l’Assemblée nationale. Depuis quelques mois le député héraultais Philippe Huppé défend ce projet. Dans la présentation de l’amendement qui prévoit que « la mention du pays d’origine du vin est indiquée en évidence sur l’étiquette, dans tous les cas où l’omission de cette mention selon ces modalités serait susceptible d’induire en erreur le consommateur moyen quant au pays d’origine du produit, d’une manière quelconque, y compris en raison de la présentation générale de l’étiquette», le député expliquait la situation actuelle :

Le pays d’origine est indiqué, mais en petit, au dos de la bouteille, de manière peu lisible pour le consommateur qui est souvent induit en erreur et achète la bouteille en pensant que le vin est français.

Ce texte précise par ailleurs que « la mention du pays d’origine est alors indiquée de manière à être visible immédiatement par le consommateur ».

En première lecture, Philippe Huppé a aussi fait adopté par l’Assemblée dans le cadre des États généraux de l’alimentation que « les professionnels de la restauration indiquent, de manière lisible, sur les cartes proposées aux consommateurs dans les restaurants, l'origine géographique des vins mis en vente sous forme de bouteille, de pichet et de verre. »

____________________________________________

Wines of Brasil promove vinho brasileiro no segundo maior mercado importador do mundo

Posted by Nilson Santos | 5 jun, 2018 | NegóciosNotíciasVinicultura | 

http://www.agroplanning.com.br/2018/06/05/wines-of-brasil-promove-vinho-brasileiro-no-segundo-maior-mercado-importador-do-mundo/

Wines of Brasil promove vinho brasileiro no segundo maior mercado importador do mundo

Projeto setorial desenvolvido pelo Ibravin e pela Apex-Brasil participará dos eventos Taste of London, de 13 a 17 de junho, e do Imbibe Live, nos dias 2 e 3 de julho, na Inglaterra. Iniciativas visam ampliar negócios no Reino Unido

Entre os principais destinos das exportações vinícolas brasileiras no primeiro trimestre deste ano, o Reino Unido é um dos três mercados-alvo para vinhos e espumantes mapeados pelo projeto setorial Wines of Brasil, iniciativa desenvolvida pelo Instituto Brasileiro do Vinho (Ibravin) em conjunto com a Agência Brasileira de Promoção de Exportações e Investimentos (Apex-Brasil). Nos meses de junho e julho, o Estado europeu volta a receber ações de promoção dos rótulos nacionais visando expandir os negócios e ampliar a imagem dos produtos verde-amarelos neste mercado considerado formador de opinião. As iniciativas ocorrerão em Londres, na Inglaterra, em parceria com o escritório da Apex-Brasil em Bruxelas e com a Embaixada brasileira na capital inglesa. No primeiro trimestre deste ano, os britânicos importaram 31.053 garrafas de vinhos e espumantes verde-amarelos, totalizando US$ 149,5 mil. O valor representa 43% de total importado em 2017 pelo mercado.

Entre os dias 13 e 17 de junho, Regent’s Park será palco para o Taste of London. O evento gastronômico reunirá profissionais de bares e restaurantes e consumidores finais. Os vinhos brasileiros estarão presentes por meio da importadora inglesa GO Brazil, que representará as vinícolas Campos de Cima, Cave Geisse, Don Guerino e Pizzato. Os ingressos para o festival custam de £17 a £85 e podem ser adquiridos no site london.tastefestivals.com/tickets. Os horários mudam de acordo com o dia da realização.

No segundo semestre, nos dias 2 e 3 de julho, será a vez das vinícolas Casa Valduga e Miolo apresentarem seus produtos aos ingleses, através de representantes locais. As empresas participarão do Imbibe Live, que será realizado das 10h às 17h, no Olympia Grand Hall. O evento é direcionado para profissionais de bares e restaurantes, como sommeliers e bartenders, mas também é aberto ao público em geral. O valor da entrada é de £10 e pode ser adquirido no site imbibe-2018.reg.buzz.

“A presença do Wines of Brasil no Taste of London e no Imbibe Live busca aproximar as vinícolas brasileiras e seus importadores do trade local e, consequentemente, aumentar a exposição dos produtos brasileiros no Reino Unido. A participação do consumidor final nestes eventos vem para somar, pois são os responsáveis pela geração de demanda”, explica o gerente de Promoção do Ibravin, Diego Bertolini.

O executivo assinala ainda a importância do mercado inglês como formador de opinião. Recentemente, dois concursos realizados no Reino Unido reconheceram mais uma vez a qualidade dos vinhos e espumantes brasileiros. No International Wine Challenge, os rótulos verde-amarelos conquistaram cinco pratas e 15 bronzes. Já no Decanter World Wine Awards foram premiados com quatro pratas e 21 bronzes.

Segundo dados da Organização Internacional da Vinha e do Vinho (OIV), o Reino Unido é o segundo maior importador de vinhos do mundo – ficando atrás da Alemanha – e o sexto maior consumidor, com 12,9 milhões de hectolitros (1,29 bilhões de litros). O consumo per capita é de 23,8 litros no conjunto de países

C:\Users\Robert\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\01\clip_image012.gifCriado em 2002, o Wines of Brasil é uma iniciativa de promoção comercial dos vinhos e espumantes brasileiros no mercado externo, desenvolvido entre o Ibravin e a Apex-Brasil. O projeto conta atualmente com a participação de 42 vinícolas e têm como mercados-alvo os Estados Unidos, Reino Unido e  China. Nos últimos anos, cerca de 95% das empresas que aderiram a iniciativa conseguiram dar continuidade em suas exportações, devido ao suporte e aos programas de capacitação oferecidos e o trabalho setorial de consolidação da imagem dos rótulos nacionais no Exterior.. Mais informações podem ser obtidas nos sites www.winesofbrasil.com e www.ibravin.org.br.

C:\Users\Robert\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\01\clip_image013.jpgAssessoria de Imprensa Ibravin
www.ibravin.org.br

(54) 3538.3048 

Diaporama

Offres d'emploi

La Madelaine-sous-Montreuill
Publié le 11 avril 2019
PARIS
Publié le 11 avril 2019
Paris
Publié le 03 avril 2019

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter