NOUVELLES

cathedrale
26 mai 2018
WOERLE Antoine
Retour

Extension du domaine de la Romanée-Conti

Publié le 22/05/18 par Stéphane Reynaud

La propriété va prendre en fermage 2,5 hectares du domaine Bonneau du Martray, en appellation corton-charlemagne.

Selon Aubert de Villaine, cogérant du domaine de la Romanée-Conti, il s'agit d'une "toute petite affaire". Certes, il n'est pas question de vente. L'accord conclu entre le domaine de la Romanée-Conti et le domaine Bonneau du Martray se résume à un contrat de fermage. Mais ledit contrat va permettre au premier d'exploiter 2,5 hectares du second en appellation corton-charlemagne. En Côte de Beaune, une telle surface est un trésor.

Le domaine Bonneau du Martray a appartenu à la même famille - les Le Bault de La Morinière - pendant deux siècles, avant d'être vendu à prix d'or, en janvier 2017, à l'Américain Stanley Kroenke, par ailleurs propriétaire du vignoble californien Screaming Eagle, dans la Napa Valley. La propriété compte 11 hectares et ne produit que deux cuvées, un corton et un corton-charlemagne.

Pourquoi un tel accord entre ces deux entités ? Certains évoquent la difficulté du domaine Bonneau du Martray - dont le responsable n'a pas pu être joint par Le Figaro - à bien mener l'ensemble du vignoble en biodynamie. D'où le recours à un expert de ce mode de viticulture très exigeant comme Aubert de Villaine. Pour ce dernier, "le domaine Bonneau du Martray considère que les 11 hectares dont il dispose en corton représentent une production trop importante pour son marché. Ils nous ont donc contactés pour reprendre 2,5 hectares dans le cadre d'un contrat de fermage. Cela a été facilité par nos très bonnes relations. C'est un beau challenge pour nous, car nous sommes déjà présents sur la colline avec le rouge (depuis 2008 dans le cadre d'un partenariat avec le domaine Prince Florent de Merode NDLR). Notre chef de cave Alexandre Bernier va s'occuper de la parcelle. Bien sûr, nous allons continuer à travailler les vignes, qui sont magnifiques, dans le même esprit. Le contrat de fermage sera applicable dès novembre 2018. La première vendange réalisée par notre équipe devrait avoir lieu en 2019. Nous devrions sortir entre 8.000 et 10.000 bouteilles chaque année."

Il va s'agir du deuxième vin blanc produit par le domaine de la Romanée-Conti, qui vinifie aussi un chardonnay en montrachet. Une belle opération pour Aubert de Villaine. Reste un voile de mystère qui plane sur la stratégie choisie par le nouveau propriétaire du domaine Bonneau du Martray.


En savoir plus :  http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-bourgogne/o136841-extension-du-domaine-de-la-romanee-conti#ixzz5GLP5ZPel

—————————————————————

Des demandes de plantation de 5 800 ha, sur les 8 100 ha ouverts

Publié le 22/05/2018 - 15:51

par Viti Veille

Un état des lieux provisoire des demandes d’autorisations de plantations nouvelles, déposées au 15 mai 2018 (date de clôture des demandes), a été présenté lors du conseil spécialisé « Vins » de FranceAgriMer du 16 mai 2018. Les données saisies par les demandeurs, avant vérification lors de l’instruction des dossiers, devraient conduire à une superficie totale potentiellement délivrée au 31 juillet 2018 de 5 800 ha. Les demandes sont donc inférieures au contingent ouvert (les autorisations de plantations nouvelles au titre de 2018 s’élèvent à 1 % de la superficie totale plantée au 31 juillet 2017, soit 8 101 hectares). Par comparaison, en Italie, les demandes de plantations s’élèvent à 63 500 ha soit près de de dix fois plus que la surface disponible ! Dans toutes les régions italiennes, la demande est supérieure à l’offre.

Le calendrier de préparation de la campagne 2019 a été présenté. Les demandes de limitations seront examinées le cas échéant par les comités régionaux de l’Institut national de l’origine et de la qualité (CRINAO) et conseils de bassin compétents à l'automne 2018, avant les avis des comités nationaux de l'INAO et du conseil spécialisé « Vins » de FranceAgriMer en décembre 2018 ou janvier 2019.

https://www.mon-viti.com/filinfo/vie-de-filiere/des-demandes-de-plantation-de-5-800-ha-sur-les-8-100-ha-ouverts

—————————————————————

Un cours intéressant sur le vin en ligne et gratuit

23 mai 2018 — Marc André Gagnon

C:\Users\Robert\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\01\clip_image002.jpgEn janvier dernier, je vous ai parlé d'un cours en ligne sur le vin, le Fun Mooc Vine Wine. C'était en anglais et plutôt brouillon.

Cette fois-ci l'Université du vin et de la Vigne revient à la charge et propose un cours mieux présenté et plus intéressant. Ça commence aujourd'hui et ça durera cinq semaines. C'est sous forme de vidéos appuyés de textes et de tests. Vous pouvez suivre le cours à votre rythme.

Le cours est donné par 21 spécialistes de plusieurs universités de France, dont l'Université de Bourgogne sous la direction de Murielle Adrian de l'Institut universitaire de la vigne et du vin.

Le premier cours est en ligne. On y parle du sol, de la fermentation et de la dégustation. C'est instructif et intéressant.

Les prochains concerneront la viticulture; les maladies de la vigne; l'économie mondiale du vin; la diversité microbienne; la construction du terroir; les défauts du vin; le vieillissement du vin et bien d'autres aspects du monde du vin.

Pour un aperçu du cours, pour l'inscription et le cours lui-même c'est à cette adresse www.fun-mooc.fr.

Bonne écoute!

http://vinquebec.com/node/14794

—————————————————————

Une bouteille-cathédrale érigée dans les vignes entre Toulouse et Montpellier

Lionel Jadot, architecte belge est l'homme qui a dessiné et construit la première cathédrale du vin du Languedoc./ Photo Top Sud                                            

Lionel Jadot, architecte belge est l'homme qui a dessiné et construit la première cathédrale du vin du Languedoc./ Photo Top Sud

Le petit village d’Assignan, près de Saint-Chinian dans l'Hérault, poursuit sa métamorphose pour devenir une véritable destination oenotouristique entre Toulouse et Montpellier.Cette semaine Marc Verstraete, le propriétaire du domaine Château Castigno vient d’inaugurer son nouveau chai de vinification en forme de bouteille. Il s’agit de la toute première cathédrale du vin en Languedoc, c’est-à-dire un bâtiment architectural spécifique et moderne qui doit servir tout à la fois d’outil pour la vinification et la conversation des vins et d’établissements pour recevoir les visiteurs.

Par parvenir à créer cette bouteille couchée sur le côté, il aura fallu près de cinq longues années. « C’est finalement un temps très long mais il fallait notamment lever toutes les barrières administratives qui sont nombreuses en France. Et nous sommes très heureux, vraiment du résultat. L’architecte Lionel Jadot a vraiment travaillé dans notre esprit » explique le chef d’entreprise qui, voici dix ans, s’est mis en tête de faire de ce domaine du bout du monde, en plein cœur du parc naturel régional du Haut Languedoc, un des fleurons de l’appellation Saint Chinian.

Un lieu de vacances inédit pour les amateurs de luxe rural

Après avoir restructuré, replanté le vignoble sur trente hectares et avoir engagé une équipe d’œnologue pour construire la gamme, voici le fameux caveau, en béton recouvert d’écorces de liège. « Nous voulions quelque chose qui ramène invariablement à la viticulture avec un produit brut. Ces grandes plaques de liège telles qu’on les retire des arbres pour ensuite en faire des bouchons, c’était exactement ce qu’il fallait pour habiller d’écailles ce bâtiment » poursuit Tine l’épouse de Marc, passionnée de décoration.

Ensemble, ils veulent faire d'Assignan, 130 habitants, un lieu de vacances inédit pour les amateurs de luxe rural qui accourent du monde entier pour apprendre à déguster le vin, pour découvrir les collines viticoles et boisées de la région de Saint Chinian et pour occuper l’une des vingt-six chambres ou suites de cet ensemble touristique hors du commun.

« C’est une métamorphose après ce que nous avons connu au village. Castigno est pour nous une locomotive. Il n’y a jamais eu autant de visiteurs dans les rues du village. Cela nous permet de développer la vente directe au village » s’exclame Rémi Soulié qui vinifie 100 000 bouteilles dont 90 % sont dégustés à l’étranger. Avec cette saison, la possibilité de se glisser dans la bouteille géante du domaine Château Castigno.

https://www.ladepeche.fr/article/2018/05/23/2803300-une-nouvelle-cathedrale-du-vin-erigee-entre-toulouse-et-montpellier.html

—————————————————————

Recul du gouvernement sur le glyphosate ?

Mercredi 23 mai 2018 par Christelle Stef

Article mis à jour le 24/05/2018

Le glyphosate est un herbicide très utilisé en viticulture

Le glyphosate est un herbicide très utilisé en viticulture - crédit photo : CS

L’interdiction du glyphosate d’ici fin 2020 ne figure pas dans la loi Egalim en cours de discussion à l’assemblée nationale. Plusieurs associations de la société civile s’en inquiètent.
Le projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable », dit Egalim est en discussion depuis le 22 mai 2018 à l'Assemblée nationale. Surprise : l’interdiction du glyphosate d’ici fin 2020 ne figure pas dans le texte, au grand dam des associations écologistes. Or en novembre dernier, Emmanuel Macron s’était engagé à interdire la molécule en France « au plus tard dans trois ans ». Lors des débats à l’Assemblée nationale, Delphine Batho, ex-ministre PS a vivement réagi. Elle a affirmé que les industriels avaient eu en main le texte de l’amendement qu’elle a déposé en mars dernier pour faire interdire le glyphosate, « plus de 90 h » avant les députés, ce qui leur a laissé le temps de préparer leur riposte, selon elle.

Dans un communiqué paru le 23 mai, l'UIPP rétorque avoir été informé du contenu de cet amendement "dès lors qu'il a été rendu public". Mais rejette les accusations quant à sa responsabilité sur le fait qu'il n'ait pas été retenu. "Jusqu'à preuve du contraire, les entreprises ne sont pas des élus de la République, ne votent donc pas les textes en commission et nous n'avons pas le pouvoir de faire disparaître un texte d'amendement entre deux commissions. Et heureusement !"

Lancement d'une pétition

De leur côté plusieurs organisations de la société civile ont dénoncé « un rétropédalage » du gouvernement. Elles ont donc lancé une pétition pour que l’engagement du Président de la République soit tenu. Au 23 mai à 10 h, 42 624 personnes l’avaient déjà signée, l’objectif étant d’atteindre les 100 000 signatures rapidement.

Pas d'interdiction sans solution

Face à la polémique Stéphane Travert, le ministre de l'agriculture a réagit : "L’interdiction du glyphosate n’a jamais figuré dans le projet de loi. Il existe un amendement, déposé par un député, qui n’a pas été adopté en Commission. La ligne du Président de la République est claire et tient en deux phrases : mobilisation pour se passer du glyphosate d’ici 3 ans mais pas d’interdiction sans solution pour les agriculteurs. Le Président de la République a également ajouté que la France ne ferait pas de surtransposition des décisions européennes. Nous avons construit avec Agnès Buzyn, Frédérique Vidal et Nicolas Hulot la feuille de route pour une agriculture moins dépendante aux pesticides. Tous les acteurs concernés sont au travail pour atteindre l’objectif fixé par le Président de la République : gouvernement, agriculteurs, acteurs de la recherche, de l’innovation et de la diffusion", a t-il déclaré le 23 mai.

https://www.vitisphere.com/actualite-87600-Recul-du-gouvernement-sur-le-glyphosate-.htm

—————————————————————

Réussite : Paz Levinson, cheffe sommelière et complice d'Anne-Sophie Pic


jeudi 24 mai 2018 11:23

https://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/restauration/2018-04/Reussite-Paz-Levinson-cheffe-sommeliere-et-complice-d-Anne-Sophie-Pic.htm


Parisienne depuis cinq ans, l'Argentine dirige la sommellerie pour l'ensemble des restaurants du groupe Pic. Portrait.

C:\Users\Robert\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\01\clip_image005.jpg

Passée par le Bristol, à Paris, Paz Levinson retrouve l'univers de la haute gastronomie au sein du groupe d'Anne-Sophie Pic.

Il y a un peu plus d'un mois, Paz Levinson a revêtu le costume de cheffe sommelière exécutive du groupe de restaurants d'Anne-Sophie Pic. Quelques semaines plus tôt, l'annonce de cette association de talents a pu surprendre le milieu de la gastronomie et du vin. Une femme, argentine de surcroît, propulsée à un tel poste est chose rare. 

"Si Anne-Sophie Pic m'a proposé ce poste c'est parce qu'elle a l'ouverture d'esprit nécessaire. Dans ses cuisines, les femmes étrangères sont nombreuses. Ce qui importe pour elle, ce sont les compétences et ce que chacun peut apporter dans le groupe", souligne Paz Levinson. Une femme d'exception au parcours universitaire sans fausse note, qui aurait pu s'affirmer dans bien d'autres registres à Buenos Aires. Mais elle a pris un grand virage : adieu l'enseignement et bonjour la sommellerie, aux côtés d'une formatrice de tempérament, Maria Barrutia. Laquelle a sans doute détecté chez sa compatriote la volonté et la passion, éléments essentiels qui l'ont propulsée sur la plus haute marche des podiums. Deux fois meilleure sommelière d'Argentine, elle devenait aussi, il y a trois ans au Chili, meilleure sommelière des Amériques. Enfin, en 2016, lors du mondial organisé dans son pays, elle a pris la quatrième place

"Entre temps, j'ai choisi Paris pour m'installer, apprendre le français et visiter les vignobles, en France, bien sûr, mais aussi dans les pays tout autour. Je travaillais pour le groupe Food & Fun et j'ai accompagné l'ouverture de la Ferme Saint-Simon, travaillé sur les cartes et formé les sommeliers ici et à Shanghai." Une accumulation d'expériences qui lui sont désormais utiles à Valence, Paris, Londres et Lausanne, les villes où le groupe Pic est présent.

Le vin, mais pas seulement

Actrices du film À la recherche des femmes chefs, de Vérane Frediani, la chef et la sommelière se sont rencontrées pendant la période de présentation de ce long métrage. "Anne-Sophie Pic a été inspirée par mon approche de la sommellerie, mon histoire, mon vécu. Et nous en sommes venues à l'idée de faire quelque chose ensemble. Sa cuisine m'inspire et elle est toujours à la recherche de la boisson qui pourrait accompagner ses plats. Du vin, bien entendu, mais pas seulement."

"D'un côté je travaille proche d'Anne-Sophie Pic et de sa cuisine afin d'étudier les accords possibles, et de l'autre je suis en contact avec la quinzaine de sommeliers du groupe, détaille Paz Levinson. Il est important d'établir une cohérence entre ce qu'il y a dans l'assiette et ce qu'il y a dans les verres, dans tous les restaurants. On trouvera du vin mais aussi du saké et on peut même aller vers la mixologie."

La sommelière, fine observatrice des tendances - au point de pouvoir définir les arrondissements parisiens en fonction des vins consommés par la clientèle -, va beaucoup naviguer entre chaque restaurant afin de partager sa vision des choses. Une phase de mise en route qui va mobiliser toute son énergie. "Mais ce n'est pas ce volume de travail qui pourrait m'empêcher de préparer le prochain concours du meilleur sommelier du monde. Si je choisis de ne pas me présenter à la sélection argentine pour le mondial 2019 en Belgique, c'est pour des raisons personnelles. L'envie de faire une pause."

C:\Users\Robert\AppData\Local\Temp\msohtmlclip1\01\clip_image006.gif 
Jean Bernard


En dates

2003 : Après des études supérieures de littérature, Paz Levinson fait ses premiers pas dans la restauration et découvre la sommellerie à Buenos Aires.

2010 : Paz Levinson remporte son premier titre de meilleure sommelière d'Argentine, elle récidivera en 2014.

2014 : Elle intègre la brigade du restaurant Épicure à l'Hôtel Bristol et travaille aux côtés de Marco Pelletier.

2015 : Après une quatrième place en 2012, elle devient meilleure sommelière des Amériques.

2016 : Paz Levinson termine au pied du podium du concours ASI du meilleur sommelier du monde organisé en Argentine.

——————————————————

Mercurey : un site de chasse préhistorique révélé dans le vignoble

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/saone-et-loire/chalon-sur-saone/mercurey-site-chasse-prehistorique-revele-vignoble-1481161.html

Un nouveau site de chasse préhistorique révélé dans la côte chalonnaise / © France 3 BourgogneUn nouveau site de chasse préhistorique révélé dans la côte chalonnaise / © France 3 Bourgogne

Une nouvelle preuve de vie de l'homme de Néandertal a été découverte en Saône-et-Loire, comme au pied de la Roche de Solutré.
Cette fois, c'est près de Chalon-sur-Saône. Un site de chasse préhistorique.

Par Elsa Bezin Publié le 24/05/2018 à 11:57

Cette découverte, on la doit à Harald Floss. Un célèbre professeur allemand, tombé amoureux de la Saône-et-Loire.
Il a mis au jour un site de chasse préhistorique, dans les vignobles de Mercurey.

Dans cette nature luxuriante, ça n'est pas visible de prime abord, mais l'historien a mis la main sur des outils, des silex, des ossements ainsi que des morceaux de pigments.  Des objets datant d'il y a 50 000 ans!

"Il s'agit d'un site stratégique pour la chasse préhistorique"

D'après le spécialiste, il semblerait que le lieu ait été prisé par les chasseurs à cheval, comme le fut également le site de Solutré. 

En 2016 et 2017, des fouilles ont été menées. Des ossements de chevaux, de rennes et de mamouths ont été revelés.
Une accumulation d'ossements causée par des parties de chasses repetées.

L'explication est simple: les chasseurs avaient l'habitude de depucer leur proies sur place!

Reportage Fanny Borius et Damien Boutillet. Montage Pascal Rondi.
Intervenant : Harald Floss
Professeur en Préhistoire à l'Université de Tübingen (Allemagne) et spécialiste du Paléolithique

——————————————————

Oenotourisme : les Etapes du cognac à l’heure d’été

Publié le 24/05/2018 à 10h50 par Didier Faucard.

L’association a publié le deuxième numéro de son magazine "Cognac etc. »

https://www.sudouest.fr/2018/05/24/oenotourisme-les-etapes-du-cognac-a-l-heure-d-ete-5083567-882.php

Mercredi au Domaine du Maine-Giraud, à Champagne-Vigny (Charente), l’association les Étapes du Cognac a présenté la nouvelle édition de son magazine semestriel "Cognac etc".

Ce document gratuit de 60 pages est une mine de propositions d’activités pour découvrir ou mieux connaître le vignoble charentais et ceux qui le vont vivre, qu’il s’agisse de cognac, de pineau ou de vins de pays charentais.

Le tout classé en cinq thèmes :

  1. Gastronomie, avec Les Pauses gourmandes
  2. Balades, à travers Les Escapades dans les vignes
  3. Découverte intime de la vigne et de se métiers, via Secrets de vigneron
  4. Culture, avec Les Intermèdes musicaux et culturels
  5. Rendez-vous festifs (portes ouvertes, marchés gourmands…) de mai à octobre sur différents domaines.
Parmi les nouveautés de l’été, des ateliers cocktails chez Martell ou Boinaud. On pourra aussi mettre ses pas dans ceux d’Alfred-de-Vigny au Maine-Giraud et faire des balades dans les vignes en tracteur ou, plus insolite, en Solex et mobylette ! Les curieux pourront également participer à un atelier avec un maître parfumeur (avec XO Madame) au Maco de Cognac, ou bien encore participer aux vendanges du domaine ABK6, à Claix.

" Cognac etc " est disponible dans les offices de tourisme des Charentes. On peut le télécharger en cliquant ici.

Pour rappel, Les Étapes du cognac et ses partenaires (le BNIC, Charentes Tourisme et le Comité régional du tourisme en Nouvelle-Aquitaine) ont à nouveau décroché le label gouvernemental ‘‘Vignobles & Découvertes’’ pour une durée de trois ans. Selon les derniers chiffres, on compterait un peu plus de 288 000 œnotourismes à Cognac et dans un rayon de 50 kilomètres, où nombreux sont les adhérents de l’association répondent aux exigences du label en question.

Par ailleurs, les Étapes du Cognac ont été primées par "La Revue du Vin de France" (RVF). Le magazine a souligné le caractère « exceptionnel de l’accueil dans le vignoble du cognac »

——————————————————

La réhomologation du cuivre à un tournant européen

Jeudi 24 mai 2018 par Alexandre Abellan

Bruxelles semble sensible aux appels, notamment viticoles, sur la nécessité de maintenir l’autorisation de traitements cupriques.
Même si d’âpres négociations sont encore à mener, c’est un premier soulagement pour l’ensemble du vignoble communautaire, bio mais pas que, qui craignait une interdiction pure et simple du cuivre. Des échos précis de la Commission Européenne font savoir que les négociations sur la réhomologation du cuivre ne se baseraient par sur les conclusions de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA). Rendu en janvier 2018, ce rapport préconise l'arrêt de la commercialisation du cuivre. Les vives critiques sur ses inexactitudes méthodologiques (notamment par la filière bio) semblent conduire à sa mise en retrait.

Alors que les discussions des experts santé du comité permanent des plantes se tiennent ces 24 et 25 mai, elles se baseraient plutôt sur les conclusions d’un rapport français de 2016, réalisé par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES). Concrètement, cette étude propose un renouvellement du cuivre à une dose de 4 kg par hectare et par an avec une révision à 5 ans. Alors qu’actuellement, le cadre est de 6 kg/ha/an lissé et révisé tous les 7 ans.

"Dynamique positive"

Venant de la Commission Européenne, ce changement de référentiel serait une reconnaissance que le cuivre n’est pas un produit phytosanitaire comme les autres. « En se détachant des conclusions de l’EFSA, la dynamique de la Commission est positive. Il y a un danger majeur pour tout le vignoble européen de se retrouver sans cuivre. Ce qui mettrait un coup d’arrêt à la bio, mais pas que » souligne Thomas Montagne, le président de la Confédération Européenne des Vignerons Indépendants (CEVI).

Particulièrement vigilant, le vigneron du Luberon se mobilise désormais pour réintroduire le lissage des doses (« un outil intelligent qui incite à "économiser" le cuivre les bonnes années en prévision des mauvaises »). Sans oublier une hausse de la dose, les études de l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique concluant à « l’impossibilité actuelle de respecter 4 kg/ha.an de cuivre, selon les années et les vignobles » français (notamment en Aquitaine, Bourgogne, Champagne…).

Suite au vote des Etats membres, la décision de la Commission sur la réautorisation du cuivre est attendue septembre prochain. Le délai étant serré, l’homologation actuelle arrivant à son terme en janvier 2019.

https://www.vitisphere.com/actualite-87602-La-rehomologation-du-cuivre-a-un-tournant-europeen.htm

——————————————————

Le Luberon frappé par la grêle

Jeudi 24 mai 2018 par Juliette Cassagnes

Un orage de grêle d'une rare intensité a frappé le Luberon ce samedi 19 mai 2018. Des centaines d'hectares de vignes ont été touchés, pour partie totalement détruits. En Gironde, la grêle a provoqué des dégâts limités.
L'appellation Luberon a subi un très gros orage de grêle samedi 19 mai 2018 vers 16 heures. Les premières estimations chiffrent à 300 hectares la surface de vignes touchées, soit 10% des surfaces de l'AOC. Elles sont endommagées à différents degrés, parfois jusqu'à 100%, et sont situées essentiellement sur les communes de Bonnieux, Lacoste et Apte (sud Vaucluse), située à l'Est de Cavaillon.

Les vignerons ont déjà connu par le passé des épisodes de grêles, mais pas de cette ampleur : « Ce qui a été impressionnant, c'est la largeur de la bande, d'environ 4 km, et l'intensité : cela a duré très longtemps, plus de 10 minutes... Je n'avais jamais vu cela en 20 ans », témoigne Laurent Bouet, directeur de la cave coopérative de Bonnieux, qui a été très touchée. Sur les 650 ha de vignes qu'elle détient, entre 150 et 200 ha, en AOC Luberon, ont été grêlées. Sur certaines, il ne reste plus rien en dehors des bois, sur lesquels des impacts de grêlons sont désormais visibles, notamment sur la Syrah, plus marquée que le Grenache. « Il y avait eu une belle sortie malgré le gel de l'an dernier », regrette le responsable.

"Les cerisiers détruits aussi"

Le domaine voisin, le Château la Canorgue, a, lui-aussi, été frappé de plein fouet. 80% de ses surfaces, totalisant 40 ha, ont été abîmées. Parmi elles, une trentaine d'hectares est très fortement détruite, « avec 80 à 100% de dégâts ». « En 40 ans, j'ai déjà eu 3 ou 4 fois de la grêle, mais jamais comme cela », se désole Jean-Pierre Margan, son propriétaire. Un désespoir d'autant plus grand que le domaine a déjà connu l'an passé le gel et la sécheresse, avec une récolte 2017 amputée de moitié. « On ne sait pas comment on va faire... », conclut le vigneron.

Quelques parcelles en AOC Ventoux ont aussi été impactées, de même que les parcelles de cerisiers, nombreuses dans cette région. Pour mesurer l'impact réel sur la récolte future, les vignerons devront attendre trois semaines environ, la floraison, avec ses risques de coulure, n'étant pas encore passée.

Ce même week-end, des épisodes localisés de grêles se sont également produits en Gironde : dans le Libournais, dans l'Entre-deux-mers, le Sauternais, à Listrac, Moulis, ou encore Léognan. Mais les dégâts seraient limités.

——————————————————

Les viticulteurs rassemblés pour officialiser l'appellation Chardonnay

Dans la commune de Chardonnay, en Saône-et-Loire, les producteurs viticoles se sont rassemblés le jeudi 24 mai. Ensemble ils goûtent le vin éponyme pour établir un cahier des charges. L’appellation Chardonnay n’est en effet pas encore reconnue. 

Par Antoine Marquet Publié le 24/05/2018 à 17:52 Mis à jour le 24/05/2018 à 18:17

Déguster pour officialiser

Les viticulteurs dégustent le vin. La dégustation est professionnelle et permettra de rédiger une fiche synthèse. Celle-ci sera éditée par le BIVB (Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne) qui pourra ensuite communiquer sur les villages producteurs du mâconnais.

L’appellation Chardonnay sera ensuite officialisée.Donner de la consistance aux vignobles du mâconnais

L’appellation Chardonnay existe depuis 1937 mais n’avait encore pas droit à sa fiche de communication spécifique.

La dégustation permet de décrire les arômes du vin, sa couleur, son cépage, etc.

Une fois officialisée, l’appellation ne pourra être utilisée que par les trois communes où est produit le vin : Tournus, Ozenay et Chardonnay. Au total, 200 hectares de vignes sont réparties sur les trois communes.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/viticulteurs-rassembles-officialiser-appellation-chardonnay-1481545.html

————————————————————————

Diaporama

Offres d'emploi

La Madelaine-sous-Montreuill
Publié le 11 avril 2019
PARIS
Publié le 11 avril 2019

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter