Nouvelles

grd-1504700806-85961
09 septembre 2017
Fête du Vin Jaune
NAP Agency
Retour
Préventes uniquement

Pas plus de 25 000 visiteurs à la Fête du Vin Jaune 2018
Mercredi 06 septembre 2017 par Alexandre Abellan. Sur Vitisphère


Soulagement en Franche-Comté, la Fête du Vin Jaune reprend ses quartiers itinérants en animant le premier week-end de févier. Revenant à l’Étoile, comme en l’an 2000. - crédit photo : Alexandre Abellan (Archives)

L’évènement jurassien réalise une mue qualitative pour remobiliser le vignoble : désormais les entrées devront être achetées en amont de la manifestation, les 3 et 4 février 2018.

Après une année de suspension, et de remise en questions, la Percée du Vin Jaune se renouvelle en faisant le choix de la décroissance. Pour l’édition 2018, les organisateurs ont choisi de limiter l’accès de la Percée à 25 000 visiteurs, sur préventes uniquement*. Sélective autant que restrictive, cette approche va marquer une nette réduction du visitorat, ce plafond de 25 000 visiteurs sur deux jours étant bien limité par rapport au record de 60 000 visiteurs pour la percée 2016, à Lons-le-Saunier. À noter que le nombre d'exposants est également en repli, avec 46 vignerons annoncés, contre 60 en 2016.
21ème édition

Assumant le parti pris qualitatif de ce rééquilibrage, les Ambassaseurs des Vins Jaunes comptent pour cette vingt-et-unième édition « améliorer le confort des participants, en limitant le temps d’attente devant chacun des stands de dégustations, et renforcer la sécurité, en dotant l’événement de nouveaux dispositifs humains et matériels obligatoires exigés » annonce un communiqué.

Marquant la mise en commercialisation du millésime 2011, la Percée du Vin Jaune se tiendra les 3 et 4 février 2018 à l’Étoile

* : Vendues 20 € la journée ou 35 € le week-end, les places sont disponibles sur le site officiel de l’évènement, ainsi que chez les revendeurs habituels (y compris les offices de tourisme).

——————————————————————————————————

Réalité virtuelle

Le champagne Nicolas Feuillatte redéfinit la dégustation immersive

Mercredi 06 septembre 2017 par Alexandre Abellan

Sur Vinifère

Pour créer un nouveau sentiment d'immersion dans l’univers de la marque, ses services n’ont pas opté pour un documentaire en 3D faisant découvrir le vignoble et ses caves*, mais ont choisi une approche plus onirique. Reposant sur la technique du « tilt brush » (soit un artiste peignant directement en trois dimensions), ces créations sont animées et évoluent selon un scénario prédéfini (par exemple une galerie des glaces s’ouvrant sur l’espace). L’installation nécessite 9 mètres carrés pour permettre à l’utilisateur de se déplacer durant les 6 à 7 minutes que dure l’expérience. Ce qui donne largement le temps d’apprendre à se déplacer avec un casque de réalité virtuelle sur les yeux tout en dégustant une flûte de Champagne.



Relations publiques
« Appelant à tous les sens, cette expérience active d’autres ressources émotionnelles, mais elle ne remplace pas une dégustation conventionnelle » souligne Olivier Legrand. Après une première présentation lors de la soirée annuelle du Centre Vinicole Champagne Nicolas Feuillatte à Chouilly en juin, le dispositif a été utilisé pour une dégustation offerte à la presse anglaise en juillet. L’installation sera utilisée à New York cet automne, pour des clients américains, et cet hiver à Berlin, pour la presse allemande.

Au-delà d’un usage BtoB, le CV-CNF projette de mobiliser son outil pour la communication BtoC. Il s’agirait d’en créer une version statique, moins complexe, pour animer son pôle œnotouristique.

* : « Le Comité Champagne le fait déjà très bien » élude Olivier Legrand, faisant référence au film 360° Champagne du CIVC.

———————————————————————

La macération sur douelles avant entonnage, comme alternative à la vinification intégrale pour les vins rouges
Publié le 31/08/2017 - 17:14

par Emmanuelle Thomas. https://www.mon-viti.com/node/23075/activer

31531 anais perrot 3

Le château Grézan a expérimenté en 2016 la macération sur douelles avant entonnage, comme alternative à la vinification intégrale pour ses vins rouges. Photo DR
Le domaine Château Grézan a testé en 2016 la macération sur douelles avant entonnage, comme alternative à la vinification intégrale pour ses vins rouges.

Le château Grézan, domaine familial implanté dans l’Hérault, comporte un vignoble d’une centaine d’hectares (syrah, grenache, mourvèdre, carignan, chardonnay, viognier) et produit notamment en appellation Faugères et IGP dans les 3 couleurs. En 2016, il a expérimenté la macération sur douelles avant entonnage, comme alternative à la vinification intégrale pour ses vins rouges.

———————————

Apéritifs : les recettes d’autrefois sont de retour

Depuis plusieurs mois, les alcools d’autrefois font leur retour dans les apéritifs. Le vermouth, ce mélange de vin et de plantes ou d’épices, profite de la mode des cocktails.
France 2France Télévisions

Voir le film sur : http://www.francetvinfo.fr/economie/aperitifs-les-recettes-dautrefois-sont-de-retour_2358061.html

Les vieux apéritifs font leur retour sur nos tables. 20 millions de litres de vermouth ont été écoulés en 2016. Dans le monde, une bouteille de vermouth est ouverte toutes les 4 secondes. Loin de la fabrication industrielle, le premier fabricant français de vermouth ouvre ses portes à plus de 80 000 visiteurs par an, à Marseillan, dans l’Hérault.

21 jours de macération
Le vin fermente, puis vieillit pendant deux ans. La méthode est artisanale. Les barriques sont laissées à l’air libre, pour recréer les conditions d’il y a plusieurs siècles, quand le vin était transporté en bateau. Vient ensuite la partie secrète d’ajout d’épices, notamment des clous de girofle, de la muscade et de la camomille. La macération dure 21 jours. Résultat : plusieurs sortes de vermouth existent, du sec au plus sucré, en fonction des macérations.

-----------------------------------------

Le Spritz blanc

Publié le 02/09/17 par Laurence Haloche

35688 650x330 le st germain cocktail
Vous connaissez le spritz des Vénitiens, découvrez le spritz blanc des Parisiens, connu dans la capitale sous le nom de St-Germain.

Ce cocktail à base de liqueur de fleurs de sureau, de prosecco et d'eau pétillante, s'est imposé cet été sur les cartes des bars branchés du sud de la France. Pas facile de concurrencer l'Aperol empourprant d'un orange vif de généreux verres ballons, mais sur les tables, l'esprit vintage d'une boisson couleur d'opale, servie dans d'amusants contenus gradués, ne fait pas pâle figure.

C'est un autre style, plus original. En bouche, on apprécie la fraîcheur et le goût subtil de fruits et d'agrumes délivré par une liqueur réalisée à partir de fleurs sauvages récoltées à la main, au printemps dans les Alpes françaises. On remarque l'élégance d'un flacon plutôt sobre qui, pour la marque St-Germain*, s'inspire du style Art déco et de l'univers du parfum. Une belle idée de cadeau pour préparer d'autres cocktails que le classique spritz. Avec du vin blanc sec ou du champagne, par exemple.

* Les 8 et 9 septembre, la marque St-Germain ouvre une maison éphémère décorée par le designer floral Eric Chauvin. Dégustations et master class sur la péniche Le Quai, 21 quai Anatole-France, Paris VIIe.


En savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-ete/o133326-le-spritz-blanc#ixzz4s0HiQphx





08/09/2017


Initiative : Trois hommes redonnent vie à la source de la Sasse !


À la Une, Focus, Oeil d'Expert, Produits, Reportage 0



Eleveur de bisons à Megève, Dominique Méridol, soutenu par Pascal Serguier et le chef triple étoilé Emmanuel Renaut, a réussi à commercialiser l’eau de source de la Sasse après dix-sept ans de labeur. Explications à 1 700 mètres d’altitude.




Dominique Méridol est l’heureux habitant du Domaine de la Sasse, qui se situe à 1 700 mètres d’altitude, au pied du mont Joly, non loin du village de Megève (74). Depuis 25 ans, cet ancien professeur de ski, qui a repris les terres de son grand-père Clovis, vit au rythme des saisons, a reconstruit de ses mains le chalet d‘alpage, et a entrepris de monter un élevage de bisons. Pour les chanceux, l’homme reçoit à sa table d’hôtes quelque convives triés sur le volet, et seulement sur réservation pour se délecter de la viande de bison. Par amour de la nature, Dominique Méridol prend soin de la centaine d’hectares qui lui appartient, dont redonner vie à la source de la Sasse se trouvant 40 mètres plus haut de son habitation. « Cela faisait 17 ans que le projet de commercialiser cette eau était en gestation », dit-il, soutenu par deux amis et associés, Pascal Serguier et le chef triple étoilé Emmanuel Renaut.


74 cl, clin d’œil à la Haute-Savoie


Après avoir obtenu les autorisations, il a fallu créer le laboratoire. « Nous gérons tout de A à Z ; de la captation de l’eau à l’embouteillage, y compris la commercialisation », précisent les associés. Ils ont fait appel au sculpteur mégevan Pierre Margara pour créer la bouteille, « un bijou épuré », avec un bouchon en verre. En hommage à la Haute-Savoie, elle fait volontairement… 74 centilitres. Prochainement, l’eau de source de la Sasse prévoit de sortir son magnum en 147 centilitres, titrant 73 + 74 cl pour les deux départements.


La production a démarré en juillet dernier, et Dominique Méridol espère produire 300 000 bouteilles d’ici l’an prochain. La source sera exploitée de mai à novembre. Emmanuel Renaut a vendu les premières bouteilles dans son restaurant, et se fait fit d’ambassadeur. Car l’objectif est de vendre l’eau de la Sasse dans les restaurants étoilés et les bonnes tables de France, ainsi que dans les épiceries fines. La bouteille vaut 10 €. Un coût qui comprend le méticuleux travail sur place, et une grande traçabilité.


www.sourcedelasasse.com


———————————————————————



Philippe Schaus, nouveau PDG de Moët-Hennessy


Mercredi 06 septembre 2017 par AFP/Alexandre Abellan



Sur Vitisphère

grd 1504681808 85957 1

Commentant cette nomination, Bernard Arnault, le PDG de LVMH, a qualifié Philippe Schaus d''excellent leader pour amener Moët Hennessy vers de nouveaux succès'. - crédit photo : Groupe LVMH



La filiale des vins et spiritueux du groupe LVMH change de PDG, l'emlématique Christophe Navarre rejoignant le fonds d'investissement qu'il a fondé.



Le groupe Louis Vuitton Moët Hennessy, numéro un mondial du luxe, a annoncé mardi la nomination de Philippe Schaus comme nouveau PDG de Moët Hennessy, sa filiale de vins et spiritueux. À 54 ans, il était depuis 2012 PDG de DFS Group, l'activité de magasins d'articles de luxe destinés aux voyageurs, au sein de LVMH, avec notamment un vaste réseau de magasins en duty free dans les aéroports. Il prendra ses nouvelles fonctions ce premier octobre.
Philippe Schaus succède à Christophe Navarre, qui a passé 20 ans à la tête de Hennessy, puis de Moët Hennessy . Il « va se consacrer au fonds d'investissement Neptune International qu'il a créé » a annoncé LVMH dans un communiqué. Ayant présidé la Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux (FEVS) de 2014 à 2017, Christophe Navarre est devenu le président du conseil de surveillance de Vinexpo (et Vinexpo Overseas), marquant l'installation de Moët Hennessy dans les allées du salon bordelais. Vinexpo confirme le maintien de Christian Navarre à cette présidence, qui doit prochainement décider du changement de date de l'édition 2019.

LVMH

Moët Hennessy regroupe des marques de champagnes, cognacs, vins et spiritueux : Moët et Chandon, Dom Pérignon, Krug, Ruinart, Hennessy, château d'Yquem... La filiale a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 4,8 milliards d'euros, pour un résultat opérationnel de 1,5 milliard.

—————————————————————————————————

Année scolaire 16/17


Les 85 487 étudiants du WSET ont dégusté 1548 baignoires de vin



Jeudi 07 septembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi



Sur Vitisphère



La formation à la dégustation connaît un succès croissant depuis son lancement il y a 15 ans. Lors de la précédente année scolaire, le nombre de candidats est en hausse de 19 %.



85 487 candidats ont suivi l’un des niveaux du Wine and spirit education trust (WSET) en 16/17. Un chiffre en croissance de 19 % par rapport à la précédente année scolaire, confirmant le succès du programme qui accueille toujours plus d’étudiants depuis sa création, il y a 15 ans. C’est en Grande-Bretagne que les étudiants sont le plus nombreux avec 19 401 candidats, en hausse de 14 %. Le pays est suivi par la Chine où 12 813 candidats ont suivi le programme (en hausse de 41 %) et par les Etats-Unis qui comptent 11 487 candidats en 16/17 (en hausse de 48 %). Selon le WSET, cet engouement est notamment porté par la nécessité de former les équipes business à la connaissance du vin.
En France, aussi, le programme de formation connaît un intérêt grandissant. Le pays se hisse de la 9ème à la 6ème place, soit une hausse de 32 % du nombre de candidats.

Non sans humour, le WSET note qu'au global, la totalité des candidats aura dégusté 154 759 litres de vin au cours de l'année scolaire 16/17, soit l'équivalent 1548 baignoires. "Cela représente une contribution de 4.1 millions d'euros au marché mondial" précise le WSET.

———————————————————————————

Alsace


Le Moulin de Dusenbach dans l’escarcelle d’Arthur Metz



Lundi 04 septembre 2017 par Christophe Reibel



Sur Vitisphère



grd 1504533623 85940



En Alsace, le négociant Arthur Metz complète sa gamme de grands crus avec l'achat du Moulin de Dusenbach. - crédit photo : Pixabay



Cette troisième marque vient compléter la gamme de vins de domaine alsaciens du négociant Arthur Metz, filiale des Grands chais de France.



La société du Moulin de Dusenbach a été mise en vente en juillet dernier suite à la liquidation judiciaire de son propriétaire, le groupe Feyel, spécialisé dans le foie gras. Arthur Metz ne reprend pas le site historique de l’entreprise à Ribeauvillé (Haut-Rhin), mais le matériel viticole, le stock, ses 25 ha de vignes parmi lesquels les grands crus Kaefferkopf, Schlossberg, Sporen et Schoenenbourg ainsi que 6 ha dans le Schieferberg, un sol de schistes rare en Alsace. « Nous n’avions pas ces terroirs. Nous possédons à présent une belle pyramide de gammes » concède Serge Fleischer, directeur général d’Arthur Metz. Le négociant avait déjà mis la main en 2011 sur les 28 ha et les cinq grands crus du domaine de la ville de Colmar (Haut-Rhin) et en 2016 sur les 32 ha et trois grands crus de la maison Klipfel à Barr (Bas-Rhin).
Diversification de la gamme vins de domaine

Dès cet automne, les raisins du domaine de Dusenbach sont traités sur le site de Colmar où une cuverie inox supplémentaire a été mise en place. « Ces produits s’inscrivent dans une stratégie France et export de vins de domaine qui complète les gammes génériques. Ils consolident notre activité alsacienne » précise encore Serge Fleischer. Avec huit salariés, le moulin de Dusenbach écoulait quelques 200 000 bouteilles par an pour un chiffre d’affaires de 1,2 M€. Le point de vente de la maison à Ribeauvillé est conservé.

----------------------------------------

Spiritueux : L'étiquette du porto Sandeman épurée et éclaircie [J.L.L.].


http://www.rayon-boissons.com/Actu-Flash/Spiritueux-L-etiquette-du-porto-Sandeman-epuree-et-eclaircie-50900


8 Septembre 2017


sandeman nouveau pack ok large


"New bottle, same great taste", proclame le cône actuellement placé sur le col des bouteilles du porto Sandeman. Car cette marque du groupe portugais Sogrape vient de modifier son packaging tout en rassurant ses clients sur la constance de son goût.



Si le symbole distinctif de l'homme capé perdure, Sandeman possède désormais une étiquette épurée et éclaircie dotée d'un cartouche placé sous le nom de la marque. La société Pernod, son distributeur en France, commercialise essentiellement la cuvée ruby en GMS.



——————————————————————————



Nord: La distillerie Claeyssens a dignement fêté son anniversaire, arrosé au whisky


INDUSTRIE La distillerie Claeyssens, à Wambrechies, a soufflé ses 200 bougies…



Mikael Libert



Publié le 07/09/17 à 16h09 — Mis à jour le 07/09/17 à 16h33



http://www.20minutes.fr/lille/2128603-20170907-nord-dignement-fete-anniversaire-arrose-whisky



La distillerie Claeyssens fête ses 200 ans.
Elle s’est diversifiée en produisant du whisky en plus du genièvre.
Classés, ses bâtiments peuvent se visiter.


Dans le milieu des spiritueux, la distillerie Claeyssens, installée à Wambrechies, près de Lille, s’est fait un nom grâce à son genièvre. Mais, paradoxalement, c’est son whisky qui lui a permis de fêter, ce jeudi, son bicentenaire. Une diversification vitale pour contrer le désamour de la « bistoule ».


Quatre litres par an et par habitant



Deux cents ans, ça se fête. Pour marquer le coup, la distillerie Claeyssens avait édité une série limitée de whisky single malt « cuvée du bicentenaire ». Une sorte de reconnaissance pour le produit qui a empêché la disparition du site il y a 20 ans. Car, si le genièvre faisait très largement recette entre le XIXe et le XXe siècles, sa consommation a fortement chuté avec le déclin des grandes industries qui ont fait la fortune de la région comme la mine et le textile. Fin XIXe, la consommation de genièvre avait été estimée à quatre litres par an et par habitant dans le Nord.



Pour survivre, il fallait donc que la distillerie se diversifie. C’est un long processus qui a été entamé dès le rachat de Claeyssens, en 1998, par les Grandes distilleries de Charleroi, en Belgique. « Le whisky représente 45 % des ventes de spiritueux en France, explique Daniel Vendramin, PDG de la distillerie. C’est un axe porteur en croissance constante sur lequel nous nous sommes placés tout de suite ». D’ailleurs, depuis deux ans, Claeyssens produit davantage de whisky que de genièvre précise le PDGLe whisky, oui, mais pas que Mais l’ADN de l’entreprise qu’est le genièvre n’est pas abandonné pour autant, notamment avec des cocktails aromatisés aux fruits et même au spéculoos, histoire de séduire « une clientèle plus jeune et plus féminine ». Même le bâtiment, classé aux monuments historiques en 1999, permet de faire entrer de l’argent dans les caisses avec l’organisation de visites et la location de salles. Aujourd’hui, Daniel Vendramin souhaiterait que son eau-de-vie, essentiellement vendue dans le nord de la France, conquière Paris. « C’est un produit comparable au gin et a la vodka qui, eux, sont très tendance. Il faudrait que l’on communique davantage mais ce n’est pas dans les moyens d’une PME comme la nôtre ». A moins d’une suite à «Bienvenue chez les Ch’tis », dont la sortie, en 2008, avait boosté les ventes de genièvre.


——————————————————————————————————————

Antoine WOERLÉ

Professeur agrégé hors classe en Hôtellerie Restauration
Maître Sommelier de l’UDSF

Meilleur Maître d’Hôtel de France Grand Est
Meilleur Ouvrier de France Maître du Service et des Arts de la Table 1993

Diaporama

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter