Nouvelles

31 juillet 2017
DESBUREAUX Robert
Retour
Champagne : Perrier-Jouët rouvre les portes de sa maison Belle Époque

Le champagne Perrier-Jouët, propriété de Martell Mumm Perrier-Jouët, filiale du groupe Pernod-Ricard, a rouvert sa maison Belle Époque, après deux années de restauration. La demeure abrite « la plus grande collection privée d'Art nouveau français en Europe », selon la marque. Du salon Majorelle aux créations du verrier Émile Gallé en passant par le "Curiosity Cloud" du duo d'artistes australiens Mischer-Taxler, 220 oeuvres sont rassemblées dans cet écrin. La diversité de la collection et l'aménagement dans l'esprit du XIXe siècle donnent à cette maison des allures de musée. Les visites ne sont toutefois pas ouvertes au public pour le moment.

Nouvelle coopérative en Côtes-du-Rhône : Rhonéa

Les caves des Vignerons de caractère à Vacqueyras et des Vignerons de Balma Venitia à Beaumes-de-Venise s'unissent pour créer une nouvelle société coopérative : Rhonéa. Elle repose sur un modèle participatif et novateur, avec pour objectifs le renforcement de l'image de ses marques, la mise en commun des moyens, l'uniformisation des pratiques dans le vignoble, mais avant tout la production de vins éthiques et équitables et la valorisation de ces terroirs en crus.

Percée du vin jaune les 3 et 4 février 2018

La traditionnelle Percée du vin jaune, le plus prestigieux des vins du Jura, aura lieu les 3 et 4 février à L'Étoile. Cette manifestation très courue rassemblera environ 45 viticulteurs.

Décès de deux « Grands » du vin : l'Italien Domenico Clerico et le Portugais Americo Amorim

Le viticulteur piémontais Domenico Clerico est décédé d'une longue maladie à l'âge de 67 ans le 16 juillet dans son domaine à Monforte d'Alba. L'un des vignerons les plus réputés de l'appellation Barolo, Domenico Clerico avait repris le domaine de son père en 1976 et est considéré comme l'un des viticulteurs piémontais ayant réussi une synthèse entre les vignerons traditionalistes et les modernes. Le roi du bouchon de liège, Americo Amorim, PDG du groupe portugais éponyme depuis 1952 et jusqu'en 2001, est décédé à l'âge de 82 ans. Héritier d'une entreprise fondée en 1870 par son grand-père, il avait passé la main à son fils, Antonio, en 2001. Dans les années 1980, il avait entamé une diversification du groupe familial, premier producteur mondial de bouchons de liège et aujourd'hui également actif dans les secteurs de l'immobilier et du pétrole. Americo Amorim était un des hommes les plus riches du Portugal.

 MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIMENTATION

       13 Arrêté du 24 juillet 2017 portant dispositions exceptionnelles pour les vins blancs et rouges bénéficiant de l'appellation d'origine contrôlée « Fiefs vendéens »
       https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000035317465&dateTexte=&categorieLien=id

       15 Arrêté du 28 juillet 2017 relatif au rendement à l'hectare de certains vins d'appellation d'origine contrôlée de la récolte 2016
       https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000035317497&dateTexte=&categorieLien=id

       16 Arrêté du 28 juillet 2017 relatif aux volumes complémentaires individuels pour certains vins d'appellation d'origine contrôlée pour la récolte 2016
       https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000035317511&dateTexte=&categorieLien=id

       17 Arrêté du 28 juillet 2017 relatif aux volumes substituables individuels pour certaines appellations d'origine contrôlées pour la récolte 2016
       https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000035317521&dateTexte=&categorieLien=id

     "La Géorgie, berceau de la viticulture" à la Cité du Vin de Bordeaux

 Des amphores géorgiennes pour le vin exposées à la Cité du Vin à Bordeaux, le 28 juillet 2017

 

Des amphores géorgiennes pour le vin exposées à la Cité du Vin à Bordeaux, le 28 juillet 2017

© AFP, GEORGES GOBET

AFP, publié le samedi 29 juillet 2017 à 10h05

La Géorgie, berceau mondial du vin, est à l'honneur de la Cité du Vin, venant après sa première exposition "Bistrot!" qui a accueilli plus de 39.000 visiteurs, un pays où les premières traces de vin ont été découvertes il y a 8.000 ans.  

"On essaye de montrer à quel point le phénomène du vin fait partie inséparable de la vie quotidienne et de la culture géorgienne dès le début, dès l'époque néolithique", a déclaré à l'AFP Nino Lordkipanidze, commissaire associée à l'exposition qui s'ouvre le 31 juillet pour se terminer le 5 novembre.

Une scénographie contemporaine présente 125 objets archéologiques datant du néolithique à nos jours, symbolisés par une longue table avec des récipients vinaires de toutes les époques. 

Pour la première fois sont exposés au public deux fragments de vaisselle comportant des traces d'acide tartrique, principal marqueur du vin, et attestant de la présence du vin 6.000 ans avant Jésus-Christ.

Des reproductions de jarres, décorées de grappes de raisin, des bijoux ou encore de la vaisselle comme des cornes pour boire le précieux breuvage, de l'âge de bronze ou encore du temps des royautés sont présentés. Une vidéo de chants polyphoniques géorgiens montre également le rôle du vin durant le christianisme.

Un marani, chai géorgien, a été en partie reconstitué avec de grands récipients en forme d'amphores ovoïdes appelés kvevri et enterrés devant de nombreux outils de travail, encore utilisés aujourd'hui, notamment pour la production de vins dits de la "quatrième couleur" -- en plus du blanc, rosé et rouge -- les vins "orange", des vins blancs vinifiés comme des vins rouges, avec notamment la macération pelliculaire.

Preuve de l'importance de la vigne et du vin dans cette partie de l'Europe, où des traces des premiers hommes européens ont été retrouvées, des sarments de vigne entourés de feuilles d'argent (seconde moitié du 3e millénaire avant J-C) se retrouvent jusque dans la tombe. "La vigne accompagnait la personne enterrée dans son voyage dans l'au-delà", explique Nino Lordkipanidze.

Des photographies en noir et blanc à la Robert Doisneau retracent la vie quotidienne au début du XXe siècle avec des scènes de danse, le transport du vin, la fabrication des kvevri. Devant l'œil du photographe Dimitri Ermakov, une petite fille devant une grande jarre, dont la tradition  veut encore qu'elle soit fermée à la naissance de l'enfant pour la boire à son mariage.

L'exposition se clôt par un banquet géorgien: le "Carroussel à l'orgue de barbarie, Datiko Zemel" (1906) de Niko Pirosmani, peintre qu'appréciait Pablo Picasso. Des hommes attablés portent un toast dans des cornes, comme les Géorgiens le font encore.

Pour prolonger l'expérience, la Cité du Vin propose autour de cette manifestation un réel banquet géorgien, ainsi que des conférences, concerts, films et bien sûr des dégustation de vin, notamment en kvevri.

Diaporama

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter