Nouvelles

28 août 2017
Master sommelier
DESBUREAUX Robert
Retour
De la vigne au vin : des informations sur l'actualité et les mutations du monde du vin.

http://www.agrisalon.com/actualites/2017/08/25/toute-l-actualite-de-la-filiere

Pour la première fois, un Chinois Master Sommelier

Pour la première fois, un Chinois a décroché le diplôme le plus envié de la sommellerie, celui de Master Sommelier délivré à Londres depuis 1969 et qui lui permet de compter parmi les 236 membres de cette élite. Lu Yang, responsable du vin dans la chaîne des Hôtels Shangri-La (Hong Kong) a maîtrisé avec succès un examen réputé très ardu, dont la moyenne de réussite chaque année est de seulement 4 %. ce succès témoigne de l'influence grandissante de la Chine dans le monde du vin. En 2016, Fongyee Walker, en activité à Pékin, avait également été le premier sommelier chinois à décrocher le prestigieux diplôme de Master of Wine, délivré à Londres depuis 1955.

Né dans le Xinjiang et âgé de 36 ans, Lu Yang, après des études viticoles à l'Université Niagara, au Canada, avait été consacré « meilleur sommelier de Chine » en 2014 et il collabore au site internet chinois de la revue spécialisée britannique Decanter, DecanterChina.com.

Pour obtenir le titre de Master Sommelier, il faut obtenir d'un jury professionnel, présidé par le sommelier français Gérard Basset, au moins la note de 7,5 sur 10 dans les trois épreuves du concours : un test de service du vin, un examen oral de connaissances, une dégustation à l'aveugle de six vins.

F1 : retour du Champagne sur les Grands Prix

Le champagne Carbon est devenu le 30 juillet le fournisseur officiel de champagne de la Formule-1, signant le retour gagnant du roi des vins sur les podiums du circuit du championnat du monde. « C'est officiel depuis le Grand Prix de Budapest fin juillet mais nous avions commencé depuis le Grand Prix de Monaco » en mai dernier, a déclaré à l'AFP Alexandre Mea, à la tête de cette jeune marque, produite depuis 2011 par une entreprise familiale, Devavry, basée à Champillon dans la Marne, à une vingtaine de kilomètres au sud de Reims.

Signe distinctif : l'habillage des bouteilles en fibre de carbone, un matériau léger prisé dans le milieu sportif dont la F1. « Chaque bouteille est entourée d'un revêtement en carbone, un procédé dont la mise au point a duré quatre ans et qui demande au maître-artisan une semaine complète pour chaque bouteille et 21 étapes très précises à suivre », précise le président de Champagne Carbon, Alexandre Mea.

Incontournable pour arroser les victoires des pilotes - Moët & Chandon puis Mumm ont été partenaires - le Champagne avait été délaissé en 2016 au profit du Chandon, vin effervescent élaboré par Moët-Hennessy hors appellation.

Antinori acquiert Haras de Pirque, au Chili

Le prestigieux domaine familial italien Marchesi Antinori, en Toscane, vient d'acquérir les 100 hectares de vignes du vignoble chilien Haras de Pirque, dans la vallée de Maipo (Chili), a annoncé la marquise Albiera Antinori, qui préside aux destinées de l'entreprise historique. Marchesi Antinori, dont l'un des vins de prestige est Tignanello et qui possède aussi la Antica Winery en Californie, était déjà associé depuis 2003 dans une joint-venture avec le propriétaire du domaine chilien, l'homme d'affaires Eduardo Matte. Ensemble ils ont mis au point Albis, le vin-phare de Haras de Pirque.

Un livre sur le « Droit de la vigne et du vin »

Tout savoir sur le droit de la vigne et du vin va être désormais possible grâce à Séverine Visse-Causse, chercheuse à l'Université de Reims Champagne-Ardennes, et son livre au titre éponyme publié par Gualino Editeur (Groupe Lextenso), spécialisé dans les ouvrages de droit économique. La sortie du livre est prévue pour le 19 septembre.

Premières vendanges dans la vallée du Rhône méridionale

Les premiers coups de sécateurs ont été donnés le 21 août dans la partie méridionale de la vallée du Rhône, ce qui représente une avance record de 15 jours par rapport à 2016, a annoncé Inter-Rhône, l'interprofession des vins d'appellations rhodaniennes. Les cépages blancs sont les premiers concernés car les conditions climatiques du printemps et de l'été couplées à des grappes faiblement chargées ont entraîné une maturité précoce des baies.

« Après les fortes chaleurs enregistrées au cours des dernières semaines, l'état sanitaire du vignoble est optimal », se réjouit Inter-Rhône, qui prévoit une « qualité de récolte prometteuse », un « équilibre sucre/acidité bon » et une « couleur bien présente ». « Côté quantité, ce ne sera toujours pas une année à fort volume, mais là encore le vignoble rhodanien a été bien épargné par rapport à la majorité des vignobles de l'Hexagone », précise l'interprofession. Dans le vignoble septentrional, les raisins poursuivent leur maturation jusqu'au 4 septembre.

Alsace : des vendanges parmi les plus précoces des 40 dernières années

L'Association des viticulteurs d'Alsace (AVA) a donné le coup d'envoi des vendanges le 24 août pour le crémant d'Alsace et elles pourront démarrer le 30 août pour les vins tranquilles, les appellations Alsace et Alsace Grand cru. Les dates des vendanges des vins d'Alsace ont été arrêtées par l'AVA, réunie le 23 août en assemblée générale à Colmar.

« Dans les secteurs les plus précoces, les plus touchés par le gel, les relevés montrent bien que les pinots noirs et chardonnay sont à 10°. Le minimum c'est 9° », correspondant au degré potentiel d'alcool du vin, lié au sucre présent dans le raisin, a précisé à l'AFP le directeur de l'AVA, Frédéric Bach. Les vendanges 2017 sont « parmi les plus précoces des 40 dernières années », a indiqué Eric Meistermann, directeur de l'Institut Français de la Vigne et du Vin de Colmar.

Les premiers raisins à être récoltés sont les cépages dont est issu le crémant d'Alsace : pinot noir, chardonnay et auxerrois. A cause du gel qui a touché l'ensemble des parcelles, les viticulteurs alsaciens tablent cette année sur des « petites récoltes qui vont se confirmer sur les prochains temps ». Le gel a touché 4.500 ha sur les 15.600 ha fin avril. Des comptages effectués en juillet prévoient une récolte de 850.000 hl contre 1,15 million hl en temps normal.

Le directeur de l'AVA assure que la qualité sera au rendez-vous : « La maturation progresse bien, avec des acidités qui se maintiennent très bien ».

Viticulture de précision avec la photonique et un capteur optique de maturité

Grâce à la technologie de la photonique et un capteur optique de maturité, Château Marquis de Terme, dans l'appellation Margaux, 4e grand cru classé (40 hectares, 203.000 bouteilles par an), a enregistré une amélioration qualitative de son vin. En 2015, avec l'aide de Force-A, une société spécialisée dans la viticulture de précision, Château Marquis de Terme a réalisé des cartographies de maturité suite au passage du capteur optique « Multiplex » dans les vignes habituellement destinées à son second vin, La Couronne de Marquis de Terme. Elles ont permis d'identifier des zones plus avancées en termes de maturité qui ont été récoltées ensemble et vinifiées séparément du reste de la récolte, permettant ainsi d'éviter des mélanges préjudiciables à la qualité du vin final produit. Et cette partie de production a révélé un potentiel qualitatif supérieur lui permettant d'être assemblé dans le grand vin. Le salon Enova Paris, plateforme de convergence des technologies de l'électronique, de la mesure, de la vision et de l'optique (19-20-21 septembre) au Parc des Expositions, a annoncé la présentation de cette technologie.

---------------------------------------------------------

Forte baisse des achats d'alcool des ménages français en 2016 En 2016, les Français ont fortement réduit leurs achats d'alcool, le recul le plus important depuis 2007, alors que leur consommation d'alcool devient toujours plus occasionnelle, selon une étude de l'association d'industriels Avec modération ! publiée jeudi.

http://www.agrisalon.com/actualites/2017/08/24/forte-baisse-des-achats-d-alcool-des-menages-francais-en-2016

Selon le baromètre 2017 de la consommation des boissons alcoolisées, l'année 2016 a connu une accélération de la diminution des volumes de 1,8 litre sur un an à 70,7 litres par an et par foyer, tous alcools confondus (vin, bière, spiritueux...)

En 2015, les Français avaient acheté en moyenne 72,5 litres de boissons alcoolisées par foyer contre 73,2 litres en 2014 et 80,7 litres en 2007, soit une baisse de 10 litres depuis 2007.

La fréquence de consommation a également évolué. Ainsi la majorité des Français âgés de 18 ans et plus consomment des boissons alcoolisées moins d'une fois par semaine (dont 18 % jamais). Le nombre de consommateurs quotidiens a reculé de 6 points en 7 ans (à 9 %) et compte surtout des hommes (13 % contre 6 % des femmes) et des personnes plus âgées (15 % des 60-70 ans contre 2 % des 18-25 ans).

Moins mais mieux

Le budget annuel consacré aux achats de boissons alcoolisées s'établit à 327,7 euros en 2016, soit 1,7 euro de moins qu'en 2015. Une légère diminution qui s'explique par un recul de la fréquence d'achat (25,1 actes d'achat en 2016 contre 25,4 en 2015). Le panier moyen reste stable à 13 euros.

« Le phénomène de montée en gamme observé ces dernières années - moins mais mieux - n'est donc pas remis en cause par cette légère diminution du budget annuel total », constate Alexis Capitant, directeur général d'Avec Modération !, qui regroupe 15 entreprises françaises du secteur, dont Pernod Ricard et Rémy Cointreau.

Par ailleurs, la crise de la fréquentation des cafés bars et restaurants (- 13,4 % depuis 2008) marque une pause en 2016 où elle est restée stable.

« Un coup d'arrêt qui peut sans doute être relié au rebond du tourisme en France constaté au dernier trimestre 2016, principalement de la part de la clientèle hexagonale », observe Alexis Capitant, cité dans le communiqué de l'organisation.

L'étude, divisée en trois partie, a été réalisée par un groupe de travail de l'Ifop (1.000 personnes de plus de 18 ans), ainsi que par les cabinets Kantar Worldpanel (panel de 12.000 foyers suivis en ligne) et Crest/NPD Group (échantillon de 14.000 personnes).

_____________________

Reportage Un drone dans les vignes pour limiter les pesticides

En survolant régulièrement les vignes, le drone peut localiser les prémisses d'une attaque de mildiou. (©Chouette)

En survolant régulièrement les vignes, le drone peut localiser les prémisses d'une attaque de mildiou. (©Chouette)

http://www.agrisalon.com/actualites/2017/08/27/un-drone-dans-les-vignes-pour-limiter-les-pesticides

A quelques jours des vendanges en Champagne, un drone quadrille une parcelle de chardonnay à quatre mètres du sol. Cette nouvelle technologie permettra au vigneron d'utiliser moins de pesticides à l'avenir.

Paul Fallet, 29 ans et 20 hectares de vignes sur les coteaux de la vallée de la Marne, filme le drone en train d'atterrir. Ses quatre hélices soulèvent la poussière du chemin bordant les ceps chargés de grappes.

Cette parcelle de la maison de champagne Fallet Dart, à 80 km à l'est de Paris, sera vendangée début septembre. C'est le « terrain de jeu » de deux anciens ingénieurs de chez Airbus qui ont conçu un drone automatisé, associé à un algorithme capable d'alerter le vigneron sur la présence d'anomalies dans ses vignes. « On ne peut pas être partout. Si je peux être aidé par des machines, volontiers », sourit Paul Fallet, persuadé que cette technologie lui permettra d'être « meilleur dans (s)on métier ».

Le jeune vigneron assume un recours « raisonné » aux produits phytosanitaires (engrais et pesticides) : traiter oui, mais au plus près des besoins de ses vignes. C'est la promesse du drone. L'appareil prend des milliers de photos, disséquées par l'algorithme, « un œil artificiel » qui peut « détecter des symptômes de mildiou (maladie qui attaque le feuillage et les grappes), des carences éventuelles ou calculer la vigueur de la vigne », expliquent Charles Nespoulous et Cyril de Chassey, les fondateurs de la start-up Chouette, basée en région parisienne. « Le but n'est pas de faire voler un drone mais de donner une information précise qui va permettre de réussir des vendanges de meilleure qualité, d'avoir un vin de meilleure qualité pour moins cher, en polluant moins », dit Cyril de Chassey.

Futur "incontournable"

Malgré la progression du bio (9 % du vignoble français), la viticulture reste très gourmande en produits phytosanitaires, nocifs pour la santé et l'environnement. La vigne représente 3 % de la surface cultivée en France, mais 20 % des fongicides utilisés, principalement pour combattre l'oïdium et le mildiou.

En survolant régulièrement les vignes, le drone peut localiser les prémisses d'une attaque de mildiou. Plus la détection de la maladie est précoce, moins le traitement sera massif. Les premières cartographies de la parcelle de chardonnay laissent entrevoir « des phénomènes qu'on n'imaginait pas », avec de fortes variations de l'état de santé des vignes au sein d'une même parcelle, remarque Paul Fallet. « On se rend compte qu'il ne faut pas raisonner à la parcelle, mais avec des carrés de 10 mètres sur 10 sinon on peut faire de grosses erreurs » de dosage. Cette technicité ne l'effraie pas.

« Quand on gagne en technique, on fait des belles choses en termes de vin, on pollue moins », dit le gérant du domaine champenois.

La filière viticole « s'intéresse de très près » aux innovations liées aux drones qui émergent « un peu partout » en France, déclare Jérôme Despey, président du conseil spécialisé Vins de FranceAgriMer et secrétaire général de la FNSEA, principal syndicat agricole français. Le viticulteur y voit une opportunité pour « faire évoluer les pratiques » dans un « meilleur respect de l'environnement ». A condition que cela reste rentable pour les domaines.

La formule d'abonnement proposée par la start-up de région parisienne coûte entre 10 et 20 euros par mois à l'hectare. Convaincus que le drone va devenir « incontournable » au même titre que le tracteur, ses créateurs visent aussi le marché américain.

En attendant, en Champagne, l'état des vignes laisse un goût amer à Paul Fallet. Le 15 août, la grêle a meurtri les grappes, laissant présager un rendement moindre. Et contre ça, la technologie ne pouvait rien.

Diaporama

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter