Nouvelles

grd-1496419622-85373
10 juin 2017
Retour

Gérard Bertrand reçoit le trophée du leader responsable

Vendredi 02 juin 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

Article mis à jour le 09/06/2017 15:40:49 http://www.vitisphere.com/actualite-85373-Gerard-Bertrand-recoit-le-trophee-du-leader-responsable.htm

Gérard Bertrand fait également parti du top 20 du vin 2016 de Vitisphere.

Gérard Bertrand fait également parti du top 20 du vin 2016 de Vitisphere. - crédit photo : Gérard Bertrand

Les Echos Business ont annoncé le 1er juin dans la soirée son palmarès des Trophées des leaders responsables. Dans la catégorie sociétale, c’est Gérard Bertrand qui l’emporte. C’est un engagement d’une quinzaine d’années qui vient d’être salué par les Echos Business. Gérard Bertrand qui a plongé dans la biodynamie après la lecture du calendrier des semis de Maria Thun vient d’être récompensé d’un Trophée des leaders responsables dans la catégorie sociétale. Il était nominé face à Xavier Drago, directeur du développement durable d’Air Liquide et Alice Steenland, directrice de la responsabilité d’entreprise d’Axa.

Pour relire l’interview qu’accordait Gérard Bertrand à Vitisphere en 2015, c’est par ici. Réalisé à l'occasion de la sortie de son livre « Le Vin à la belle étoile », il y évoque notamment son engagement pour la biodynamie mais aussi le Languedoc.

________________________________________________________

 

Le (meilleur) sommelier Gaëtan Bouvier caution de Leader Price

Vendredi 09 juin 2017 par Alexandre Abellan

http://www.vitisphere.com/actualite-85401-Le-meilleur-sommelier-Gaetan-Bouvier-caution-de-Leader-Price.htm

À 32 ans, le sommelier est depuis 8 ans le chef sommelier du restaurant lyonnais Villa Florentine (une étoile au Guide Michelin).

À 32 ans, le sommelier est depuis 8 ans le chef sommelier du restaurant lyonnais Villa Florentine (une étoile au Guide Michelin). - crédit photo : Villa Florentine

Succédant au chef Jean-Pierre Coffe, le jeune sommelier porte 18 coups de cœur sur les 116 vins sélectionnés par l’enseigne du groupe Casino.

 

Sacré meilleur sommelier de France fin 2016, Gaëtan Bouvier n’a pas traîné pour valoriser son titre. Il assure le rôle d’ambassadeur de la foire aux vins d’automne de la chaîne Leader Price. Se tenant du 5 au 17 septembre dans 800 magasins du réseau, l’évènement déploiera une sélection de 116 vins, dont 18 frappés du « coup de cœur » de Gaëtan Bouvier. Présentée en avant-première, sa sélection de cuvées va de 3,50 €/col le côte de Bergerac moelleux à 10,90 €/col le Châteauneuf-du-Pape rapporte Rayon Boissons.

"Dépenser c’est dépassé"

Gaëtan Bouvier prend le relais de Jean-Pierre Coffe, disparu en 2016, qui assurait depuis 2009 le parrainage des sélections de Leader Price, en marge de sa collaboration sur l’alimentaire (désormais assurée par le chef Norbert Tarayre).

___________________________________________________________

Les Cavas Freixenet se lancent dans le Prosecco

Mercredi 07 juin 2017 par Alexandre Abellan

http://www.vitisphere.com/actualite-85381-Les-Cavas-Freixenet-se-lancent-dans-le-Prosecco.htm

“Pop the Pro” est le slogan de ce Prosecco qui semble on ne peut plus 'bling-bling' par rapport au bien discret 'Cordon Negro' emblématique de Freixenet.

              Ne souhaitant pas laisser passer la moindre opportunité de développement sur un marché anglais privilégiant moins le Cava, le groupe catalan commercialise désormais un effervescent italien.

________________________________________________________________________

Neuro-sciences

La bouteille ébène donne de l'élégance aux bulles

Mercredi 07 juin 2017 par Juliette Cassagnes

Article mis à jour le 09/06/2017 09:37:00     http://www.vitisphere.com/actualite-85380-La-bouteille-ebene-donne-de-lelegance-aux-bulles.htm

La teinte 'ébène' commercialisée par Verallia donne un positionnement plus premium au vin effervescent

La teinte 'ébène' commercialisée par Verallia donne un positionnement plus premium au vin effervescent - crédit photo : DR

Verallia a récemment lancé sur le marché une bouteille de teinte ébène. L'entreprise a fait appel aux neurosciences pour en savoir plus sur sa perception par les consommateurs.

Une étude a été commanditée auprès de l'Institut Mind insights en avril 2017 par Verallia. Elle visait à comparer les réactions automatiquement générées dans l’esprit de consommateurs à la vue de deux couleurs distinctes de bouteilles champenoises : la traditionnelle teinte verte d'un côté et de l'autre, la teinte ébène, presque noire, récemment lancée par Verallia pour le marché des effervescents.

Les réactions spontanées des consommateurs ont été analysées sous deux dimensions : affective et cognitive. La première correspond à « l’émotion et à l’attractivité de la couleur », la seconde à « différentes valeurs fondamentales déterminantes concernant l’attitude des consommateurs et leur décision d’achat : la qualité, la confiance, le prestige et le caractère « banal » ».

De façon générale, il en ressort que les deux teintes se positionnent « favorablement sur les dimensions affectives et cognitives ». Cependant, la teinte ébène se démarque sur trois points. Elle bénéficie d'un positionnement plus « Premium » avec la notion de « prestige ». « Cela s’avère cohérent avec d’autres études scientifiques de Mind Insights ayant indiqué que cette catégorie de couleur est liée à l’élégance, à la rigueur et à un caractère sophistiqué», précise Verallia.

Un peu moins de confiance avec l'ébène

La seconde différence porte sur le caractère « non-banal » de la couleur, la teinte ébène activant davantage la perception d’un produit « non-ordinaire et différent ». En revanche, cette couleur active un peu moins la notion de « confiance » auprès de consommateurs « moins impliqués » dans le domaine du vin, c'est-à-dire y investissant moins d’intérêt, de temps et/ou d’argent, indique le communiqué. « Cela peut raisonnablement s’expliquer par le fait que cette teinte est moins familière. Or, certains consommateurs moins impliqués tendent à ressentir davantage un sentiment de confiance par rapport à des éléments plus familiers, plus « rassurants » de prime abord dans leur esprit ».

Pour Verallia, l'étude confirme donc bien que la teinte ébène « valorise le produit et se différencie en termes d’impacts positifs sur les consommateurs »

______________________________________________

Louis-Fabrice Latour

« Ce qui a changé : c’est la suprématie de la vigne »

Jeudi 08 juin 2017 par Marion Sepeau Ivaldi    http://www.vitisphere.com/actualite-85397--Ce-qui-a-change-cest-la-suprematie-de-la-vigne-.htm

Un extrait de la dégustation offerte pour les 220 ans de la Maison Louis Latour.

Un extrait de la dégustation offerte pour les 220 ans de la Maison Louis Latour. - crédit photo : Marion Sepeau Ivaldi

Célébrant le 220ème anniversaire de la Maison Latour, Louis-Fabrice Latour regarde dans le passé et vers l’avenir, y voyant l’acte de production comme le déterminant principal de la réussite

L’histoire de la Maison Latour le montre : son succès doit beaucoup à sa vision avant-gardiste commerciale, entre marketing et développement à l’export, un savoir-faire de négociant transmis de génération en génération. Mais, aujourd’hui, les choses ont changé. « Lorsque mon père m’a laissé les rennes en 1980, je pensais que, ce qui allait être la révolution, ce serait le commerce, la distribution, l’internet » évoque Louis-Fabrice Latour, directeur général de la Maison Latour.

"L’amont a pris une importance qu’il n’y avait pas dans ma jeunesse."

Mais, aujourd’hui, il pense tout autrement. Sa génération n’a pas eu à relever un défi commercial de plus, « en fait, rien n’a fondamentalement changé », un défi au vignoble. « Ce qui a changé, c’est la suprématie de la vigne. On a découvert les petites récoltes, le trend vers la minéralité, l’importance des maladies… L’amont a pris une importance qu’il n’y avait pas dans ma jeunesse. C’est tout de même un des événements fondamentaux de ma génération ».

Et, l’importance de la viticulture n’est pas près de s’effacer. « Les grands défis de demain : c’est certainement la viticulture raisonnée, durable, la lutte contre les intrants intempestifs : tous ces éléments-là sont extrêmement importants ». Louis Fabrice Latour voit également un autre élément guider l’avenir. « Il y a le terroir mais il y a aussi le territoire ». Et c’est toute la valorisation des crus, des climats, plus largement des sélections parcellaires, qui pourraient émerger de plus en plus dans les années qui viennent.

_______________________________________________

Carte des vins : comment la rendre plus attractive ?


vendredi 9 juin 2017 11:13  Journal l’Hôtellerie   http://www.lhotellerie-restauration.fr/journal/gestion-marketing/2017-06/Carte-des-vins-comment-la-rendre-plus-attractive.htm

Paris (75) Pas facile d'inciter les clients d'un restaurant à commander du vin. Surtout s'ils prennent la route ensuite. Bernard Boutboul, à la tête du cabinet Gira Conseil, a quelques solutions. Parmi celles-ci, la mise en avant du vin au verre.

alt

alt

 

Vidéo : 

Carte des vins

alt

© DR

Au Cercle Rouge, à Angers, le vin est servi dans des verres de 10 cl.

La peur du gendarme et l'appréhension de l'éthylotest feraient baisser la vente de vin dans les bars et les restaurants… Mais aucune étude fiable ne le confirme. "La seule chose sûre, nuance Bernard Boutboul, directeur général du cabinet Gira Conseil, c'est que le vin en bouteille se vend de moins en moins à table." Face à ce constat, il suggère de développer l'offre au verre. "Cette proposition permet de boire du vin en moindre quantité tout en variant les plaisirs. Car on peut, par exemple, choisir un certain vin pour l'entrée et un autre pour le plat." 

À ceux qui continuent de redouter radars et contrôles routiers, Bernard Boutboul rappelle que le contenant des verres a diminué : "Au fil des années, on est passé de verres de 15 cl à des verres de 12, voire 10 cl." Par ailleurs, le consultant ne recommande pas "les cartes des vins à rallonge, avec des listes interminables", car personne ne les lit. En revanche, le client apprécie d'être guidé, conseillé, accompagné dans son choix. L'une des solutions, selon Bernard Boutboul, serait de proposer une "carte des verres". Mais l'idéal reste d'associer un plat à un verre et, là, cela a été prouvé : "Quand on met deux ou trois références de ce type sur la carte d'un restaurant, le client suit la recommandation et l'on a pu observer des ventes de vin au verre qui ont ainsi été multipliées par deux, voire trois, dans les établissements qui ont opté pour ce parti pris."


Anne Eveillard

 

_____________________________________

Demandes de plantation

Sur plus de 10 000 hectares souhaités, 4 700 pourraient être autorisés

Vendredi 09 juin 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

http://www.vitisphere.com/actualite-85424-Sur-plus-de-10-000-hectares-souhaites-4-700-pourraient-etre-autorises.htm

4700 hectares d'autorisations de plantation de vignes devraient être attribués en 2017.

4700 hectares d'autorisations de plantation de vignes devraient être attribués en 2017. - crédit photo : DR

FranceAgriMer dévoile les demandes de plantation déposées en 2017. Les vignerons montrent une nouvelle fois leur intérêt pour accroître la production.

Le chiffre peut encore évoluer un peu, car il ne tient pas compte de l’évaluation de l'éligibilité des demandes. Mais, il ne s’éloigne a priori pas trop de la réalité. Les producteurs français souhaiteraient planter 11 052,37 hectares en 2017. Le chiffre montre l’engouement du vignoble pour étendre et accroître la production. Ce ne sera, cependant, pas le volume de plantation accordé. Après application de toutes les règles d’attributions, environ 4 700 hectares d’autorisations de plantations nouvelles devraient être attribués en 2017, estime FranceAgriMer. Près de 3 150 hectares concernent des demandes dans les zones où il existe une limitation régionale.

600 hectares en Gironde

Les demandes les plus importantes vont, sans surprise, dans le bassin charentais qui se verrait attribuer la totalité de son enveloppe attribuable, soit 800 hectares. La Gironde, quant à elle, atteindrait les 600 ha demandés. Il est intéressant de remarquer un certain dynamisme dans le Sud-Est avec des IGP qui demandent des surfaces conséquentes (50 hectares en IGP Bouches-du-Rhône) ou en Côtes de Provence avec 120 ha. En Bourgogne, l’appellation Mâcon concentre à elle seule 50 hectares, soit la totalité de son contingent. Dans cette région, 87 hectares de plantations en vin sans IG sont demandés, soit la plus grande surface française en zone sans limitation régionale. À noter également que la Corse atteint son plafond de100 hectares.
Pour connaître toutes les demandes par vignobles, c’est par ici.

________________________________________________

Du vin Red Bull ?   

http://www.toutsurlevin.ca/du-vin-red-bull/

Vous devez sûrement connaître la boisson « énergisante » Red Bull, commercialisée par une entreprise autrichienne et inspirée d’une boisson thaïlandaise. Figurez-vous que la compagnie vient de lancer sur le marché deux vins, produits par Jarno Trulli, l’ancien coureur de Formule Un. Du vin énergisant ? Pas vraiment…  

althttps://i1.wp.com/www.toutsurlevin.ca/wp-content/uploads/2017/06/redbull.png?resize=768%2C472 768w, https://i1.wp.com/www.toutsurlevin.ca/wp-content/uploads/2017/06/redbull.png?resize=1024%2C629 1024w, https://i1.wp.com/www.toutsurlevin.ca/wp-content/uploads/2017/06/redbull.png?w=1200 1200w" sizes="(max-width: 186px) 100vw, 186px">Favorite des jeunes en quête…d’énergie, Red Bull contient de l’eau, du sucre, de la caféine et de la taurine ajoutée. Cet acide aminé fabriqué par le corps humain qui participe à la digestion, a un effet sur le cœur et sur certaines fonctions musculaires. Est-ce bon d’en consommer davantage dans une boisson ? Là n’est pas le propos…

althttps://i1.wp.com/www.toutsurlevin.ca/wp-content/uploads/2017/06/trulli.jpg?resize=768%2C512 768w, https://i1.wp.com/www.toutsurlevin.ca/wp-content/uploads/2017/06/trulli.jpg?w=1000 1000w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px">Puisqu’on parle de vin, Red Bull sort donc deux vins sur le marché. Baptisés Nomen Omen (son nom est un présage), ce rouge et ce blanc ont été élaborés par Podere Castorani, l’entreprise vinicole de Jarno Trulli, ancien coureur automobile italien. Sa gamme de vins rencontre d’ailleurs les faveurs de bien du monde sur la planète et avec raison puisqu’il fait du très bon jus.

Lancé en pleine fièvre de la Formule Un à Montréal, ces deux vins misent sur le nom de Red Bull (qui soit dit en passant, possède un circuit en Autriche dans la commune de Spielberg, le Red Bull ring) pour attirer une clientèle ciblée évidemment (bling bling, moteurs et muscles). Mais les lettres de « noblesse » de Trulli devraient aussi fédérer (le verbe, pas le joueur de tennis) les amateurs de qualité. Bref, un mariage de raison entre l’ancien pilote et le taureau rouge.

althttps://i2.wp.com/www.toutsurlevin.ca/wp-content/uploads/2017/06/nomen-blanc.jpg?resize=150%2C150 150w, https://i2.wp.com/www.toutsurlevin.ca/wp-content/uploads/2017/06/nomen-blanc.jpg?resize=90%2C90 90w, https://i2.wp.com/www.toutsurlevin.ca/wp-content/uploads/2017/06/nomen-blanc.jpg?resize=75%2C75 75w" sizes="(max-width: 140px) 100vw, 140px">Red Bull Nomen Omen blanc, 2016, Abruzzes, Italie

Un assemblage à base de chardonnay (85%) et de pinot grigio élaboré dans la région des Abruzzes . Légèrement arrondi par 5,3 grammes de sucre résiduel, ce vin regorge de fraîcheur (énergie ?), d’arômes de fruits tropicaux et de fruits à noyaux. C’est bien fait et somme toute, à essayer, si payer (21,55$) ne vous donne pas l’impression de débourser un extra pour la marque.

althttps://i2.wp.com/www.toutsurlevin.ca/wp-content/uploads/2017/06/nomen-omen.jpg?w=252 252w" sizes="(max-width: 97px) 100vw, 97px">Red Bull Nomen Omen rouge, 2016, Abruzzes, Italie

Ici, le merlot domine à 85 % et le sangiovese complète le reste. C’est plutôt souple en bouche, avec un fruité éclatant (cerise, prune, cassis) et un léger boisé vanillé. Très facile à boire et forcément charmeur. Et, je vous le confirme, pas de trace de taurine ni de caféine…Fiou… À la bonne vôtre ! (21,55$) (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

__________________________________________

Banyuls : l’Étoile, vignoble de rêve à saisir immédiatement

 

Pour lutter contre la déprise viticole qui frappe le cru Banyuls (66), la cave de l’Étoile veut recruter de nouveaux vignerons avec le projet « Le domaine de l’Etoile ». Racheté en exploitation directe, ce vignoble de 7 ha étageant de magnifiques Mourvèdre et Grenache en surplomb de la mer, pourrait être cédé en fermage ou en métayage aux vignerons candidats à l’installation

La vision relève de la carte postale : 7 ha d’un seul tenant, arrimés à 300 m d’altitude en surplomb des vignes de Collioure et Banyuls. Un vignoble en léger plateau planté de vieux Grenaches noirs et Mourvèdres de trente ans, permettant de produire à la fois des AOP Collioure, Banyuls et Banyuls Grand Cru. Un ensoleillement optimum et un terroir à fort potentiel.

C’est pour reconquérir un vignoble frappé par la déprise viticole que la plus ancienne cave coopérative du cru Banyuls a initié, il y a un an et demi, un projet foncier innovant : « Le domaine de l’Étoile ». « Nous nous sommes portés acquéreurs de cette parcelle de 7 ha laissée sur le marché, sans repreneur, que nous gérons en exploitation directe. La conduite du vignoble est confiée à l’IFE (Information-Formation-Emploi), une structure de réinsertion par le travail implantée sur le cru. Les premières vendanges, en 2017, seront vinifiées à la cave de l’Étoile en vue de produire des cuvées prestige pour le centenaire de notre structure coopérative, en 2021 », explique Jean-Pierre Centène, le président de Banyuls l’Étoile.

Un pari sur l’avenir

Samedi 10 juin lors d’une « grillade-party », les vignerons de la cave de l’Étoile se transformeront, avec cœur, en VRP de la vigne, en ouvrant le « domaine de l’Étoile » à la visite. « La fonction d’une cave coopérative, ce n’est pas d’acheter des terres, mais de faire du vin, de le vinifier et de le vendre au mieux. Avec le « domaine de l’Étoile », nous avons fait le pari de miser sur du foncier au détriment d’autres investissements techniques ou commerciaux, car il en va de l’avenir du vignoble », explique Jean-Pierre Centène qui s’apprête à recevoir sur ces vignes, des banquiers, des clients réguliers de la cave et des vignerons, certains déjà « fortement intéressés par ce projet de reconquête du vignoble ».

alt

Un pari sur l’avenir pour cette coopérative sans gros moyens financiers, dont la quinzaine de vignerons actifs (sur 100 viticulteurs) a adhéré unanimement au projet de l’Étoile : « en termes d’échelle, 7 ha c’est important sur ce vignoble de montagne caractérisé par le morcellement avec seulement 10% de nos surfaces mécanisables », justifie Jean-Pierre Centène.

Déprise viticole à Banyuls

Le domaine de l’Étoile, coup de réclame sur un vignoble en déshérence ? C’est en tout cas l’objectif clairement visé par « Le domaine de l’Étoile », alors que la production du cru Banyuls / Collioure enregistre un recul sensible ces dernières décennies : 50 000 hl en 1979, et seulement 29 000 hl en 2016.

« Avec la déprise agricole qui frappe le département des Pyrénées-Orientales, le mitage gagne notre vignoble avec des friches qui frappent de plus en plus souvent le regard », regrette Jean-Pierre Centène. « Le domaine de l’Étoile » pourrait y remédier, en favorisant l’installation de vignerons susceptibles de reprendre tout ou partie des parcelles, en fermage ou en métayage. C’est en tout cas la finalité du « domaine de l’Étoile » : « Ce joyau, nous souhaiterions le garder en gestion directe, mais il est prioritaire de confier cette vigne à des vignerons qui voudraient s’implanter ou renforcer leur activité », affirme le président de Banyuls l’Étoile. Confiant, ce dernier n’exclut pas de dupliquer l’exercice, si le projet trouve sa bonne étoile. 

Source(s) :

Diaporama

Offres d'emploi

La Madelaine-sous-Montreuill
Publié le 11 avril 2019
PARIS
Publié le 11 avril 2019

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter