Bordeaux: Les futurs as de la tonnellerie en Gironde se forment à Blanquefort

648x415-2
14 janvier 2017
Retour

VIDEO. Bordeaux: Les futurs as de la tonnellerie en Gironde se forment à Blanquefort


http://www.20minutes.fr/bordeaux/1994415-20170112-video-bordeaux-futurs-tonnellerie-gironde-forment-blanquefort

APPRENTISSAGE L'unique CFA tonnellerie de la Gironde se trouve à Blanquefort. Ses élèves iront ensuite rejoindre une des vingt tonnelleries qui fabriquent des barriques pour l'élevage de certains grands vins

La France est le premier producteur mondial de fûts de chêne pour l'élevage des vins. Le tonneau à la française est en effet un véritable must international pour les viticulteurs. En Gironde, l'unique Centre de Formation des Apprentis (CFA) en tonnellerie se trouve à Blanquefort, au château Dillon, et alimente la vingtaine de tonnelleries autour de Bordeaux. Ce jeudi, il inaugurait son nouvel atelier de tonnellerie.

Un tonneau, ça sert à quoi ? La grande majorité des vins n'est pas élevée en fût de bois, mais en cuve étanche. Le fût de bois, généralement en chêne, est beaucoup plus coûteux pour les vignerons qui l'utilisent, mais certains estiment que la cuve ne pourra jamais le remplacer. Le fût apporte en effet des arômes au vin, de vanille, de pain grillé, des notes fumées ou des arômes boisés. « Il peut y avoir des demandes très particulières de clients qui souhaitent un arôme bien précis » explique Romain Besse, l'un des apprentis du CFA. « Cela peut être compliqué à réaliser, mais la chauffe aromatique reste secrète. »

Comment obtient-on les arômes du fût de bois ? La chauffe aromatique, appelée aussi bousinage, est l'opération de chauffe finale - à ne pas confondre avec la chauffe de cintrage qui est une opération mécanique -. Selon la durée et l'intensité de la chauffe on apportera les arômes souhaités à la barrique.

>> A lire aussi : Bordeaux: La très belle récolte viticole 2016 va atteindre des niveaux record de production

Quelle est la durée de vie des tonneaux ? Pour le vin, cinq ans maximum. « Après, ils peuvent être réutilisés pour le vieillissement des alcools, rhum, whisky, cognac... » explique Romain Besse. « Au bout de cinq ans, le bois n'apportera plus rien au vin, mais pour des alcools qui vieillissent parfois 40 ans on ne recherche pas la même chose donc on peut trouver des barriques beaucoup plus vieilles. » La barrique initiale qui a servi à l'élevage du vin sera alors raclée pour resservir. Autre débouché possible pour les tonneaux usagés: la décoration, intérieure et extérieure...

Qui sont les élèves du CFA de Blanquefort ? Romain Besse possède initialement une formation dans le BTP. « Mais je ne trouvais pas de boulot, et le vin c'est ma passion, c'est pourquoi je me suis dirigé vers cette formation de tonnelier. » Ce CFA a été créé à la demande des professionnels, et existe depuis 2006.

Opération de cerclage lors de la fabrication d'un tonneau
Opération de cerclage lors de la fabrication d'un tonneau - M.Bosredon/20Minutes

Le diplôme, un CAP, se prépare en deux ans. « Nous travaillons avec un groupe de maximum 16 personnes sur l'année, explique Jean-Pierre Combalier, directeur du CFA Agricole, mais c'est en fonction de l'emploi. La tonnellerie est un secteur qui marche bien, qui embauche, mais pas dans des volumes énormes. Nous sortons cinq à six jeunes par an car c'est ce qui correspond au marché. » Il y a des adultes en reconversion comme des jeunes.

>> A lire aussi : Vin: la tonnellerie française, berceau des grands crus

Un nouvel atelier de tonnellerie, pourquoi faire ? Le CFA Tonnellerie fonctionnait depuis 2006 dans des locaux pas forcément adaptés, et surtout pas entièrement aux normes. Ce nouvel atelier construit en partie avec du pin des Landes, est doté d'une énorme hotte pour l'aspiration, notamment pour les micro-poussières. Ce nouvel équipement de près d'un million d'euros a été financé à 100 % par la région Nouvelle-Aquitaine.

Le président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, a inauguré le 12 janvier 2017 le nouvel atelier de tonnellerie du CFA Gironde, à Blanquefort
Le président de la région Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, a inauguré le 12 janvier 2017 le nouvel atelier de tonnellerie du CFA Gironde, à Blanquefort - M.Bosredon/20Minutes
__________________________________
13 janvier 2017 — Marc André Gagnon

La direction de la SAQ avait insatisfait les consommateurs par sa politique de prix élevé du vin.
Les critiques étaient nombreuses et continuelles.

Le gouvernement était aussi insatisfait de la performance de la SAQ et entendait bien les critiques du public.

Le ministre des Finances Carlos Leitao a dit et répété que le gouvernement allait revoir le modèle d'affaires de la SAQ. Le message est clair : améliorer votre fonctionnement sinon nous, le gouvernement, allons nous en occuper. Autrement dit : agissez, sinon nous allons agir.

La direction de la société d'État semble avoir compris le message qui est en fait un ordre. Elle a commencé à réduire ses dépenses et à améliorer son efficacité pour répondre aux attentes du gouvernement. Elle a ajouté de nouveaux vins à petit prix à son répertoire. Elle réduit aussi ses prix des vins les plus populaires pour satisfaire les consommateurs et tenter de réduire les critiques.

Dans tout business, il en faut pour tous les goûts, pour tous les prix. C'est la même chose dans le commerce du vin comme dans le domaine de l'automobile et du logement. Il faut des produits de tous les prix pour toutes les bourses.

La SAQ, en monopole, avait considérablement réduit son offre de vin à moins de 15 $, pour les remplacer par des vins plus chers; pensant ainsi faire beaucoup plus d'argent plus facilement.

Toutefois, des consommateurs sont de plus en plus bien informés. Certains médias font bien leur travail. Ce n'est pas parce que c'est plus cher que c'est nécessairement meilleur.

La direction de la SAQ s'est attiré ainsi les critiques du public et du gouvernement. Elle se devait d'agir. C'est ce qu'elle fait ces jours-ci en réduisant de 90 cents le prix de 1600 de ses 8000 vins.

Et elle dit qu'elle va continuer afin d'arriver au même niveau de prix que paient nos voisins de l'Ontario. Un vin acheté 5 $ nous est revendu 15 $. Il y a encore de la marge.

Les temps changent. Le vin était un produit de luxe au Québec, on acceptait donc qu'il soit surtaxé. Aujourd'hui, le vin est un produit de consommation courant, on accepte maintenant moins bien de le payer si cher.

Source(s) :

Diaporama

L' association

Chers(es) collègues, élèves, apprentis, visiteurs de notre site, MEILLEURS VŒUX POUR CETTE NOUVELLE ANNEE 2019 !!!!, Bien évidement, souhaitons à chacunque la santé nous accompagne et ainsi nous donne les moyens de partager...

S'inscrire à la Newsletter